Accueil Actualités - AFP Mogherini espère que l'UE passera bientôt à l'attaque contre les passeurs de migrants en Méditerranée
Actualités (AFP)
Mogherini espère que l'UE passera bientôt à l'attaque contre les passeurs de migrants en Méditerranée

Bruxelles, 3 sept 2015 (AFP) -

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a espéré jeudi que l'opération navale de l'UE en Méditerranée puisse commencer à s'attaquer plus directement aux trafiquants de migrants "dans les semaines à venir", ajoutant qu'il y avait "un large consensus" pour passer à une phase plus offensive.

"Je vois qu'il y a un large consensus sur la nécessité de commencer la phase deux de l'opération", a déclaré Mme Mogherini à l'issue d'une réunion des ministres européens de la Défense à Luxembourg.

Concrètement, dans le cadre de cette deuxième phase, les bâtiments de guerre européens pourront arraisonner, fouiller, saisir et dérouter des navires soupçonnés de servir aux passeurs, et procéder à des arrestations, mais à condition de ne pas entrer dans les eaux territoriales libyennes.

Le commandant d'EU Navfor Med, l'amiral Enrico Credendino, a proposé la semaine dernière aux 28 Etats membres de l'UE de passer à une phase plus offensive, deux mois après le début de cette mission jusqu'ici cantonnée à la surveillance à partir des eaux internationales des réseaux criminels de passeurs qui opèrent au départ des côtes libyennes.

En croisant à plus de 12 milles marins des côtes libyennes, les quatre navires actuellement engagés dans l'opération ont déjà contribué à sauver 1.500 personnes cet été, a précisé Mme Mogherini.

Ces dernières semaines, s'ils en avaient eu le mandat, ils auraient pu à 16 reprises "s'attaquer à des trafiquants et des passeurs", a-t-elle expliqué. "Un passage à la deuxième phase nous permettrait de faire ceci de façon efficace".

Le déclenchement de cette deuxième phase d'EU Navfor Med pourrait intervenir "dans les prochaines semaines, je l'espère", a-t-elle ajouté. Le sujet va également être discuté vendredi et samedi par les 28 ministres européens des Affaires étrangères et une réunion sera ensuite organisée au niveau des états-majors pour solliciter plus de navires.

"Une transition vers la phase deux signifie plus de moyens et plus de navires", a souligné Mme Mogherini, se disant "optimiste" quant aux contributions attendues d'autres Etats membres. Pour le moment, un vaisseau amiral italien, un navire britannique et deux bâtiments allemands y participent.

L'UE avait décidé de mettre cette mission sur pied après un naufrage dramatique au large de la Libye qui avait coûté la vie à 700 personnes en avril. Elle est censée in fine détruire les embarcations utilisées par les trafiquants au plus près des côtes libyennes, notamment les "bateaux mères" qui servent à tracter en haute mer des radeaux de fortune chargés de migrants.

Mais, en l'absence d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant l'usage de la force dans les eaux territoriales libyennes, les Européens sont obligés de limiter pour l'heure leur action aux eaux internationales.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Mogherini espère que l'UE passera bientôt à l'attaque contre les passeurs de migrants en Méditerranée