Accueil Actualités - AFP La France va accroître le nombre de ses chasseurs en Jordanie et aux Émirats
Actualités (AFP)
La France va accroître le nombre de ses chasseurs en Jordanie et aux Émirats

Paris, 18 fév 2016 (AFP) -

La France va accroître le nombre de ses chasseurs-bombardiers stationnés en Jordanie et aux Émirats arabes unis pour compenser le retrait prochain du porte-avions Charles-de-Gaulle du Golfe, a annoncé jeudi l'état-major des armées.

Deux Mirage 2000D basés à Niamey ont ainsi quitté jeudi le Niger à destination de la Jordanie, où sont déjà stationnés huit chasseurs français du même type, a indiqué le porte-parole de l'état-major, le colonel Gilles Jaron.

"Pour conserver dans la durée une capacité d'engagement significative (...) nous renforçons des plots aériens car un jour effectivement le porte-avions sera amené à quitter la zone", a-t-il expliqué.

Ce renforcement va intervenir "dans les jours et les semaines à venir (...) que ce soit en Jordanie ou dans le Golfe arabo-persique", a ajouté le colonel Jaron, sans plus de précisions.

Outre désormais huit Mirage 2000 en Jordanie, six chasseurs Rafale sont basés aux Émirats. Le Charles-de-Gaulle, déployé depuis novembre, contribue également aux opérations contre le groupe État islamique (EI) à hauteur de 26 chasseurs, mais il doit revenir en France en mars.

La France mène des opérations aériennes depuis septembre 2014 en Irak et septembre 2015 en Syrie contre le groupe EI, dans le cadre de la coalition dirigée par les États-Unis.

Le déploiement du porte-avions a permis de multiplier par 2,5 le nombre de frappes françaises contre l'organisation EI en Irak et Syrie, après les attentats de novembre à Paris et Saint-Denis, a rappelé le colonel Jaron.

Une fois de retour en France, le Charles-de-Gaulle pourra éventuellement être réengagé quelques mois, mais va connaître une longue immobilisation à compter de 2017 pour des travaux de modernisation.

Aucune précision n'a été fournie sur un éventuel stationnement de certains de ses chasseurs sur les bases de Jordanie et des Emirats, une fois qu'il sera immobilisé, comme ce fut le cas durant la guerre d'Afghanistan.

"Nous ne remplaçons pas nombre pour nombre, nous renforçons en fonction des besoins de la coalition pour remplir la mission", a seulement déclaré le colonel Jaron.

Quatre Rafale restent disposés à N'djamena et deux Mirage 2000C à Niamey dans le cadre de l'opération Barkhane au Sahel. Le rapatriement des Mirage 2000C "est à l'étude", a toutefois précisé le colonel Jaron.

"Il est possible qu'il y ait une mise en sommeil temporaire des capacités Mirage 2000 dans la Bande sahélo-saharienne", mais elle sera compensée par "la capacité Rafale" au Tchad et par le déploiement de lance-roquettes, a-t-il ajouté.

L'armée de Terre vient de déloyer trois lance-roquettes de type LRU, d'une capacité de tir à 70 km, entre Gao et Tessalit, dans le nord du Mali, où des groupes armés restent actifs, a expliqué le porte-parole de l'état-major.

"Le LRU est en mesure de tirer à tout instant dès lors que nous avons des forces au sol, en riposte (également) aux tirs des terroristes qui lancent régulièrement des roquette sur Gao, Kidal ou Tessalit", a-t-il dit.

Ces attaques jihadistes sont récurrentes contre les forces de l'ONU au Mali. Sept Casques bleus guinéens, dont trois femmes, ont encore été tués le 12 février à Kidal.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP La France va accroître le nombre de ses chasseurs en Jordanie et aux Émirats