Accueil Actualités - AFP Le refus britannique sur les Chagos "bafoue les droits humains", selon l'île Maurice
Actualités (AFP)
Le refus britannique sur les Chagos "bafoue les droits humains", selon l'île Maurice

Port-Louis (Île Maurice), 17 nov 2016 (AFP) -

Le refus du gouvernement britannique d'autoriser les anciens habitants des îles Chagos à retourner sur cet archipel de l'océan Indien, dont ils avaient été expulsés pour faire place à une base militaire américaine, "bafoue outrageusement les droits humains", a réagi jeudi le gouvernement mauricien.

"Le déni du droit des Mauriciens en général, et de ceux d'origine chagossienne en particulier, de s'installer dans l'archipel des Chagos constitue une violation manifeste du droit international et bafoue outrageusement les droits humains", a affirmé le gouvernement mauricien dans un communiqué.

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi exclure la "réinstallation des Chagossiens sur le territoire britannique de l'océan Indien pour des raisons de faisabilité, d'intérêt en matière de défense et de sécurité, et de coût pour les contribuables britanniques".

Londres, qui avait acquis les Chagos en 1965 auprès des autorités semi-autonomes de Maurice, a également annoncé avoir exercé l'option lui permettant de prolonger jusqu'en 2036 le bail vieux de 50 ans octroyé aux Etats-Unis pour l'utilisation à des fins militaires de Diego Garcia, une des îles de l'archipel des Chagos.

Le gouvernement mauricien a affirmé jeudi que le gouvernement britannique a agi en violation d'un jugement rendu par la Cour d'arbitrage sur les droits de l'homme le 18 mars 2015 en renouvelant ce bail sans impliquer les autorités mauriciennes, et ce alors que Britanniques et Mauriciens avaient convenu d'ouvrir de nouvelles discussions censées se conclure mi-2017.

Il a dès lors rappelé vouloir solliciter l'avis de la Cour internationale de Justice, plus haut organe judiciaire de l'ONU, par l'intermédiaire d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Si Londres a annoncé mercredi le déblocage d'une assistance de 40 millions de livres (47 millions d'euros) pour financer des programmes d'aide sociale et éducatifs en faveur des Chagossiens et de leurs descendants, Maurice estime qu'aucune somme d'argent et aucune excuse publique par le gouvernement britannique ne pourront rendre "légal" ce qu'elle considère comme illégal.

Le Royaume-Uni avait acquis les Chagos en 1965, trois ans avant l'indépendance de Maurice, son ancienne colonie. "Les autorités mauriciennes en 1965 ont subi un chantage ignoble mais ont cédé. De leur point de vue, à l'époque, ils avaient le choix entre l'indépendance ou non", a accusé récemment l'ancien Premier ministre mauricien et leader actuel de l'opposition, Paul Bérenger.

Les Chagossiens et de leurs descendants, aujourd'hui au nombre de 10.000, sont répartis entre Maurice, les Seychelles et le Royaume-Uni.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Le refus britannique sur les Chagos "bafoue les droits humains", selon l'île Maurice