Accueil Actualités - AFP STX France: Fincantieri n'a "pas une âme colonialiste", assure son PDG
Actualités (AFP)
STX France: Fincantieri n'a "pas une âme colonialiste", assure son PDG

Saint-Nazaire, 19 avr 2017 (AFP) -

Le groupe italien Fincantieri, qui doit reprendre le chantier naval STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), n'a "pas une âme colonialiste", a assuré mercredi son PDG Giuseppe Bono lors d'une visite à Saint-Nazaire pour rassurer le management et les syndicats de l'entreprise.

"En tant qu'Italiens, nous n'avons pas une âme colonialiste et nous sommes venus ici et avons réalisé cette opération parce que nous pensons qu'ensemble nous pouvons augmenter la valeur de nos entreprises", a déclaré Giuseppe Bono lors d'une conférence de presse.

"Le modèle de gouvernance, le management du chantier de Saint-Nazaire auquel nous renouvelons toute notre confiance, sera autonome pour gérer le chantier", a affirmé le président du groupe italien qui devrait reprendre 48% du capital de STX France.

"Évidemment, il serait stupide que les entreprises qui travaillent dans le même secteur n'exploitent pas les synergies qui sont possibles", a-t-il cependant souligné.

Le constructeur naval italien a livré "52 navires" ces quinze dernières années, et en a "encore 29" dans son carnet de commandes. Il "n'a aucune nécessité d'acquérir du savoir-faire", a souligné M. Bono, alors que les syndicats craignent justement un transfert du savoir-faire français.

De son côté, le chantier de Saint-Nazaire dispose d'un carnet de commandes bien rempli, avec 14 paquebots à construire d'ici 2026.

"Le travail est assuré à Saint-Nazaire pour dix ans. Nous allons travailler sur les dix années suivantes", a relevé M. Bono qui s'est dit "convaincu que ce glorieux chantier pourra enfin atteindre la stabilité qu'il n'a pas eue ces dernières années". "On n'est pas un investisseur qui arrive et repart en courant, on est industriel", a-t-il dit.

Le patron de Fincantieri a jugé par ailleurs "probable" que l'accord avec le tribunal de Séoul sur le rachat des 66% de STX France détenus par le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding soit finalisé "d'ici la fin du mois".

Le gouvernement français, qui détient le tiers du capital de STX France et d'une minorité de blocage, pourra ensuite, dans un délai de deux mois, "exercer son droit de préemption et nous déclarer persona non grata", a encore déclaré M. Bono. "Mais pour moi, ce serait un peu dur de dire ça après avoir accepté les Coréens", entrés dans le capital du chantier français en 2008.

"Alors que cette vente n'est pas encore finalisée, l'Etat italien et Fincantieri se considèrent déjà comme maîtres à bord", a réagi Nathalie Durand-Prinborgne, déléguée FO, qui a redit lors de la réunion son "désaccord" sur cette vente et réaffirmé la revendication du syndicat d'une "nationalisation même transitoire pour protéger cette entreprise et trouver un actionnaire majoritaire français".

"C'était opération séduction. M. Bono est arrivé en force avec son équipage pour nous présenter le pourquoi du rachat de Saint-Nazaire, en disant qu'il y pensait depuis dix ans. Il a au moins essayé de nous rassurer, mais rassurés, on le sera plus tard, si les garanties apportées sont mises en oeuvre", a souligné de son côté Christophe Morel, représentant de la CFDT.

"Il y a eu beaucoup d'investissements industriels à Saint-Nazaire, nous ce qu'on demande ce sont des investissements humains, c'est-à-dire des embauches en CDI et des revalorisations de salaires", a déclaré Sébastien Benoît, secrétaire CGT de STX France.

asl-hg/we/LyS

Fincantieri

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP STX France: Fincantieri n'a "pas une âme colonialiste", assure son PDG