Accueil Actualités - AFP Vivendi: aucune intention punitive mais les règles doivent être respectées (Rome)
Actualités (AFP)
Vivendi: aucune intention punitive mais les règles doivent être respectées (Rome)

Milan, 20 sept 2017 (AFP) -

Le gouvernement italien n'a "aucune intention punitive", mais les règles doivent être respectées, a déclaré mercredi le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, au sujet du resserrement du contrôle de Vivendi sur Telecom Italia (Tim).

"Nous n'avons aucune intention punitive envers personne, mais nous exigeons que les investisseurs respectent les règles de notre pays", a déclaré le ministre dans un entretien au quotidien Corriere della Sera.

"La prise de contrôle de Tim de la part de Vivendi, que la Consob (le gendarme boursier italien, ndlr) a reconnue, devait être notifiée au gouvernement, cela n'a pas été fait et cela est inacceptable", a-t-il jugé.

"Tout comme dans le cas de la montée dans (le capital de) Mediaset, il doit être clair que (l'Italie) n'est pas un pays ouvert aux raids de quiconque", a affirmé M. Calenda.

"Nous cherchons à donner un sens à l'initiative sur les +golden power+, les pouvoirs spéciaux de l'Etat sur les sociétés stratégiques", a-t-il par ailleurs noté.

Vivendi est la cible de diverses procédures en Italie en raison de ses participations dans le groupe télévisé Mediaset --dont il détient 28,8% après avoir mené une escalade "hostile" selon son actionnaire principal, la famille Berlusconi--et dans Telecom Italia.

Le gouvernement italien a lancé fin juillet une instruction pour vérifier si Vivendi avait bien respecté les règles lors du resserrement de son contrôle sur la direction de Telecom Italia, les sociétés ayant des obligations de communication dans les secteurs stratégiques (dont font partie les télécoms) en Italie.

Il peut décider, en cas de non-respect des règles, d'exercer des "pouvoirs spéciaux" ("golden power") prévus dans de tels secteurs, comme une amende, un veto, etc.

La Consob a jugé le 13 septembre que Vivendi exerçait "un contrôle de fait" sur Tim, dont il détient 23,9% du capital. Vivendi et Tim ont annoncé qu'ils contesteraient cette décision auprès des instances compétentes, tout en s'engageant à s'y conformer.

Vivendi a toujours affirmé qu'il n'avait pas le contrôle sur Telecom Italia, indiquant seulement exercer depuis fin juillet "des activités de direction et coordination" sur l'opérateur.

Parmi les hypothèses évoquées figure une possible cession imposée de Sparkle, société contrôlée par Telecom Italia et jugée "stratégique" par le gouvernement car elle gère des réseaux considérés comme sensibles.

Interrogé à ce sujet, M. Calenda a déclaré: "je ne veux pas anticiper le raisonnement du comité qui se réunira au palais Chigi le 25 septembre. Mon opinion est que l'utilisation des pouvoirs spéciaux de l'Etat doit être modérée et équilibrée. J'exclus qu'ils puissent être utilisés d'une manière faussée ou vindicative, ou pire encore dans une optique nationaliste".

Au sujet du chantier naval STX, M. Calenda a répété qu'il pensait qu'"un accord était possible". "Nous voulons parvenir à un accord avec les Français, mais pas à n'importe quelle condition. Ils ont le droit de prendre une autre route, mais cela serait une perte pour tout le monde", a-t-il ajouté.

La crise entre Paris et Rome a éclaté avec la nationalisation "temporaire" fin juillet de STX France, pourtant promis à Fincantieri sous la présidence de François Hollande.

Les deux capitales se sont donné jusqu'au 27 septembre, date d'un sommet à Lyon entre le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni, pour tenter de trouver une solution "réciproquement acceptable".

cco/ob/spi

VIVENDI

Fincantieri

RCS MEDIAGROUP

TELECOM ITALIA

MEDIASET SPA

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Vivendi: aucune intention punitive mais les règles doivent être respectées (Rome)