Accueil Actualités - AFP La Chine envoie davantage de navires près d'un archipel philippin controversé
Actualités (AFP)
La Chine envoie davantage de navires près d'un archipel philippin controversé

MANILLE, 23 mai 2012 (AFP) -

La Chine a déployé davantage de navires au large d'un archipel controversé dans la mer de Chine méridionale sur fond de tension grandissante avec les Philippines, ont annoncé mercredi des sources officielles philippine et chinoise.

Lundi soir, il y avait cinq bâtiments gouvernementaux -- contre trois précédemment-- et 16 bateaux de pêche dans la zone, a déclaré mercredi le ministère philippin des Affaires étrangères.

Manille a adressé une protestation à l'ambassade de Chine à ce sujet, a indiqué le porte-parole du ministère Raul Hernandez.

M. Hernandez, utilisant le nom philippin pour désigner l'archipel, a ajouté: "Les Philippines, en conséquence, demande que les navires chinois soient immédiatement retirés de Bajo de Masinloc et de la zone économique exclusive des Philippines".

L'agence de presse officielle chinoise Xinhua, citant un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a annoncé qu'une vingtaine de bateaux de pêche se trouvaient près du récif disputé de Scarborough", soit "à peu près le même nombre qu'au cours des dernières années".

La Chine revendique le récif et la quasi-intégralité de la mer de Chine méridionale, alors que les Philippines estiment que ce récif --situé à 230 km (140 milles) à l'ouest de Luçon, la principale île des Philippines - se trouve dans sa zone maritime exclusive de 200 milles et que sa souveraineté est à ce titre incontestable.

Début avril, le "Gregorio Del Pilar", navire amiral de la marine philippine, avait intercepté huit bateaux de pêche chinois ancrés dans ses eaux, près du récif, et s'apprêtait à appréhender les pêcheurs lorsque deux navires de surveillance maritime chinois s'étaient interposés.

Depuis un mois, des navires non militaires des deux pays patrouillent à proximité du site disputé.

La mer de Chine méridionale est très poissonneuse et des pêcheurs, en particulier vietnamiens et philippins, sont régulièrement interpellés par des gardes-côtes chinois tandis que des pêcheurs chinois subissent le même sort de la part des autorités du Vietnam et des Philippines.

Taiwan, Brunei, le Vietnam et la Malaisie revendiquent également des parties de la mer de Chine du Sud.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP La Chine envoie davantage de navires près d'un archipel philippin controversé