Accueil Actualités - AFP Treize navire officiels chinois toujours autour d'un archipel japonais
Actualités (AFP)
Treize navire officiels chinois toujours autour d'un archipel japonais

TOKYO, 21 sept 2012 (AFP) -

Treize navires gouvernementaux chinois croisaient toujours vendredi près de l'archipel japonais des Senkaku, revendiqué par la Chine sous le nom de Diaoyu, quatre jours après y être arrivés, ont indiqué les gardes-côtes japonais.

Ces bateaux ont été rejoints par un navire privé taïwanais, qui a été repéré à 44 km de l'île Uotsuri, la plus importante du petit archipel en mer de Chine orientale, a-t-on indiqué de même source.

"Nous lui avons indiqué par haut-parleur et avec des messages par radio qu'il ne devait pas entrer dans nos eaux territoriales", a précisé à l'AFP un porte-parole des gardes-côtes d'Okinawa.

"Il nous a été répondu que ces îles faisaient partie de leur territoire et que nous ne devions pas nous trouver sur le chemin", a ajouté le porte-parole.

Comme la Chine, Taïwan revendique également ces îles, comme le proclamaient d'ailleurs les banderoles en chinois tendues sur le navire: "protégeons Diaoyu" et "rendez Diaoyu".

Trois des îles ont été achetées par le gouvernement japonais il y a environ deux semaines à leur propriétaire privé, une famille japonaise, ce qui a mis le feu aux poudres côté chinois.

Dès l'annonce de l'achat, Pékin a immédiatement envoyé un premier groupe de six navires, identiques à ceux qui sont sur zone depuis mardi.

Parallèlement démarrait un peu partout en Chine une série de manifestations antijaponaises, parfois violentes au point que le week-end dernier Tokyo a demandé à Pékin d'assurer la sécurité de ses ressortissants.

Depuis plusieurs semaines, Pékin et Tokyo se livrent à des démonstrations intransigeantes autour du petit archipel, situé à environ 200 km au nord-est des côtes de Taïwan, et à 400 km à l'ouest de l'île d'Okinawa (sud du Japon).

La tension palpable entre les deux pays suscite une inquiétude croissante, notamment de la part des Etats-unis, principal allié du Japon.

De passage dimanche dernier à Tokyo, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a estimé que les conflits territoriaux actuels en Asie, notamment entre la Chine et plusieurs pays de la région, pourraient déclencher une guerre si les gouvernements concernés continuent "leurs provocations".

"Je suis préoccupé lorsque je vois des pays engagés dans des provocations diverses et que cela pourrait déboucher sur des violences et au bout du compte sur un conflit", avait-il déclaré en réponse à une question sur le conflit territorial actuel entre Pékin et Tokyo.

Mercredi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est pour sa part déclaré "de plus en plus inquiet des tensions croissantes" entre Chine et Japon.

Vendredi à la Bourse de Tokyo, l'action Japan Airlines (JAL) perdait 4,29% après l'annonce que 6.000 voyages allers-retours entre le Japon et la Chine avaient été annulés ces derniers temps en raison des tensions.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Treize navire officiels chinois toujours autour d'un archipel japonais