Accueil Actualités - AFP Cameron écrit à Hollande sur le retard d'un projet de coopération militaire
Actualités (AFP)
Cameron écrit à Hollande sur le retard d'un projet de coopération militaire

PARIS, 01 mars 2013 (AFP) -

Le Premier ministre britannique David Cameron a écrit au président François Hollande pour savoir s'il renonçait à un projet de missile commun pour les hélicoptères prévu par le traité de Lancaster House, rapporte vendredi le quotidien économique Les Echos.

Selon le journal, qui cite des sources concordantes, M. Cameron a envoyé cette lettre au président français en milieu de semaine "pour lui rappeler l'importance que le Royaume-Uni attache à son lancement en coopération bilatérale".

Le projet de missile anti-navire léger (ANL), destiné à équiper les hélicoptères pour les combats dans les eaux côtières, est un des projets inscrits dans le traité de Lancaster House, signé en 2010 pour développer les coopérations franco-britanniques dans la défense.

M. Cameron "aurait demandé dans son courrier au président français de l'appeler, si la France -finalement- devait renoncer", écrit le spécialiste de la défense des Echos.

Le journal ajoute que le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, avait écrit début janvier à son homologue français Jean-Yves Le Drian, lui signifiant qu'il n'attendrait pas au-delà de fin février pour connaître la position de Paris.

L'ALN, baptisé FASGW en Grande-Bretagne, doit équiper les hélicoptères Wildcat fabriqués par AgustaWestland (groupe italien Finmeccanica) que la Royal Navy a commencé à recevoir.

Antoine Bouvier, le PDG du fabricant de missile européen MBDA, qui a financé le développement de ce missile, était sorti de sa réserve le 18 février pour tenter d'arracher une décision de la France.

"Si les Français ne prennent pas de décision sur l'ANL, nous ferons ce programme quoi qu'il arrive, mais ce sera alors un programme britannique", avait-il déclaré à La Tribune.

Le programme ANL, évalué à quelque 400 millions d'euros, est celui qui permettra à MBDA (coentreprise du britannique BAE Systems, de l'européen EADS et de Finmeccanica) de passer de la duplication actuelle des moyens des trois pays à une spécialisation qui réduira les coûts.

Les accords de Lancaster prévoient que la coopération dans le secteur des missiles "servira de test pour des initiatives dans d'autres secteurs industriels".

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Cameron écrit à Hollande sur le retard d'un projet de coopération militaire