Accueil Actualités - AFP Blé: la France revoit à la baisse ses objectifs d'exportation
Actualités (AFP)
Blé: la France revoit à la baisse ses objectifs d'exportation

PARIS, 15 jan 2014 (AFP) -

La France a revu à la baisse mercredi ses prévisions d'exportation de blé hors Union européenne pour 2013/2014, du fait de ventes plus faibles qu'espéré à l'Égypte, en raison de la concurrence des pays de la Mer Noire et des Etats-Unis.

FranceAgriMer a ramené à 11,5 millions de tonnes ses objectifs de vente de blé pour la campagne commerciale actuelle en dehors de l'UE, contre 11,8 millions affichés le mois dernier, a annoncé mercredi l'organisme statistique.

Au 9 janvier, les chargements de blé dans les ports français n'atteignaient que 4,7 millions de tonnes, "ce qui n'est pas en ligne par rapport aux objectifs (...) ambitieux" fixés en décembre, a reconnu Michel Ferret, consultant auprès de la Direction Marchés, études et prospective de FranceAgriMer.

Principale raison: les ventes en direction du marché crucial de l'Égypte se sont révélées décevantes. La France ne lui a fourni que 540.000 tonnes sur les 3,7 millions achetées par le pays depuis le début de la campagne commerciale 2013-2014, loin derrière la Roumanie (1,4 million de tonnes), la Russie et l'Ukraine (environ 830.000 tonnes chacune).

"L'appellation Mer Noire vient nous chatouiller pour plusieurs régions", a constaté M. Ferret, reconnaissant aussi que la France "a peut-être sous-estimé le potentiel" de pays comme la Roumanie et la Bulgarie, "qui deviennent des concurrents sérieux".

Le blé français a aussi subi la concurrence des États-Unis, qui ont réussi à vendre 55.000 tonnes à l'Égypte malgré l'éloignement.

La France va donc devoir faire "un gros effort pour atteindre ses objectifs, notamment en direction de l'Égypte", mais aussi de l'Afrique subsaharienne, a commenté M. Ferret.

Le blé français pâtit d'une teneur en protéines en baisse, ce qui se traduit par une moindre qualité, pour fabriquer le pain, notamment.

Or, les pays importateurs, surtout en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, "demandent un taux de protéines en hausse ou en stagnation mais certainement pas à la baisse", a souligné Christophe Dassié, chef du service Innovation et qualité de FranceAgriMer.

Le Conseil spécialisé pour la filière céréalière a d'ailleurs pris plusieurs mesures pour aider les céréaliers français a améliorer leurs taux de protéines, a précisé M. Dassié.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Blé: la France revoit à la baisse ses objectifs d'exportation