Accueil Actualités - AFP USA: une exposition honore un explorateur en quête de la Reine de Saba
Actualités (AFP)
USA: une exposition honore un explorateur en quête de la Reine de Saba

Washington, 11 oct 2014 (AFP) -

Wendell Phillips avait à peine 25 ans quand il est parti en Arabie, dans les années 1950, en quête de la mythique Reine de Saba: une exposition archéologique à Washington honore sa mémoire et ses découvertes.

Un délicat buste d'albâtre d'une jeune femme au doux sourire, deux statues gréco-romaines de lions évoquent au musée d'art asiatique Freer-Sackler de la Smithsonian l'expédition du jeune homme parti à la recherche d'une civilisation vieille de 2.500 ans.

Wendell Phillips, qui avait décidé à l'âge de 10 ans d'être explorateur, en avait 54 à sa mort en 1975.

"Ce n'était pas un archéologue professionnel mais assurément un homme passionné, et très énergique", dit à l'AFP Massumeh Farhad, le commissaire de l'exposition.

Etudiant en paléontologie à l'université de Californie, Phillips était entré dans la marine marchande pendant la Seconde guerre mondiale avant de réaliser sa première aventure en Afrique.

Il avait alors rencontré l'Aga Khan, qui lui avait suggéré de s'intéresser aux cités oubliées de l'Arabie du sud, où s'était épanouie une civilisation florissante au premier millénaire avant J.-C.

A la tête d'un convoi de camions Dodge, son sponsor, le jeune homme avait alors mené une équipe d'archéologues vers Timna, étape importante sur la route de l'encens entre l'Inde et l'Europe méditerranéenne.

En 1951, l'équipe Phillips avait fouillé le temple Awan, à Marib, la capitale de la Reine de Saba, à la recherche de preuves concrètes de son existence.

"En fait, tout ce que nous savons de la Reine de Saba est dans la Bible", devait-il écrire en 1955 dans ses mémoires "Sheba's Buried City" (La cité enfouie de Sheba). "Un jour, la recherche archéologique confirmera son existence et nous en dira plus", ajoutait-il.

Des conflits locaux avaient obligé l'équipe à quitter le Yémen, où Phillips ne reviendra jamais. Il gardera néanmoins toujours des liens avec la région, en travaillant dans l'industrie du pétrole et en conseillant le sultan d'Oman.

Des carnets de notes, des photographies noir et blanc et des films 16mm documentent les souvenirs de l'expédition, qui sont exposés jusqu'à fin juin 2015.

La soeur de l'explorateur Merilyn Phillips Hodgson, a repris des recherches à Marib en 1998, à l'invitation des autorités yéménites, recherches depuis suspendues en raison des menaces d'Al-Qaïda dans la région.

L'exposition peut être visitée en ligne sur www.asia.si.edu and www.afsm.org

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP USA: une exposition honore un explorateur en quête de la Reine de Saba