Accueil Economie maritime Hydrolien, le coup est parti
Economie maritime
Hydrolien, le coup est parti
le 18 Avril 2012

27
http://www.sabella.fr

Les prévisions alarmantes du Réseau de Transport d'Electricité (RTE) sur l'incapacité de satisfaire la demande dès 2015, la volonté de déployer les énergies nouvelles renouvelables, et la recherche d'un mix énergétique équilibré fixent un tempo serré au gouvernement. Après les résultats du premier appel d'offres sur l'éolien offshore, c'est désormais de parcs d'hydroliennes dont on parle.

Le caractère prédictible de la récupération de l'énergie cinétique des courants de marées est un argument de poids en faveur de l'hydrolien au regard des autres énergies marines renouvelables comme l'éolien offshore, certes elles aussi échues, mais plus aléatoires. Il va cependant être difficile d'imaginer, pour l'hydrolien, un transfert de technologies terrestres pour des applications maritimes, et surtout immergées, qui présentent des contraintes d'installation et d'entretien nouvelles et multiples. C'est tout l'objet de la consultation sur l'énergie hydrolienne lancée le 12 avril dernier par le ministre chargé de l'Industrie et de l'Energie. Industriels, énergéticiens, prestataires de services, banques et assurances sont invités à phosphorer afin de proposer des solutions techniques et inventer des business models "compatibles avec un calendrier de réalisation d'offres commerciales".

 

Les travaux sont attendus pour mi-septembre 2012. Ils viendront compléter l'étude de RTE - missionné pour proposer des solutions de raccordement - ainsi que les travaux de zonage entrepris par les services de l'Etat.

Rapprochements transmanche

S'il existe des projets français comme SABELLA, ce brainstorming va certainement pousser industriels et consorts à regarder ce qui se fait outre-manche, comme la turbine Sea-Gen (de MCT-Siemens) où celles d'Hammerfest Strom (maintenant dans le giron de l'industriel autrichien Andritz). Disposant d'un retour d'expérience significatif, Hammerfest Strom a installé une d'hydrolienne de 1 MW, fin 2010, au profit de ScottishPower Renewables qui a, depuis, confirmé son souhait de créer un parc de 10 machines équivalentes dans le détroit d'Islay.

Dans cette course, DCNS, qui est entrée dès janvier 2011 au capital de la société irlandaise OpenHydro, a déjà ouvert la danse, en confirmant ses ambitions par une deuxième prise de participation et surtout l'installation d'une hydrolienne sur le site d'essais de Paimpol-Bréhat. Un coup d'avance qui devrait conforter le ministre Eric Besson dans sa volonté de « faire de la France le premier pôle industriel européen des énergies marines renouvelables ».

Enfin, si les entreprises françaises ont quelques mois pour réfléchir à la martingale idéale, il sera ensuite temps de sortir la tête de l'eau pour se préparer à répondre à l'appel d'offres prévu dans les deux ans. Espérons que d'ici là, la marée n'aura pas trop baissé.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Economie maritime Hydrolien, le coup est parti