Accueil Economie maritime L'industrie de la croisière s'intéresse aux dernières solutions permettant de limiter la pollution accidentelle
Economie maritime
L'industrie de la croisière s'intéresse aux dernières solutions permettant de limiter la pollution accidentelle
le 25 Avril 2012

L'association de la sécurité passive embarquée (MPS) a participé, le 24 avril 2012, à Bruxelles, à l'invitation de Siim kallas, Vice-Président de la DG Move de l'Union européenne et organisateur de l'événement, à la journée d'étude européenne consacrée à la sécurité dans le transport maritime de personnes. Les représentants présents du secteur des croisières ont ainsi pu découvrir les solutions promues par l'association en vue de limiter les conséquences environnementales des accidents en mer et assurer l'industrie contre un désastre écologique.

Malgré les progrès réalisés ces dernières années, l'actualité récente a rappelé que l'industrie n'était pas à l'abri d'une catastrophe. Sur un marché en plein essor, le risque d'une pollution accidentelle majeure augmente à mesure que le nombre de passagers transportés et la taille des navires continuent de croître. Les paquebots qui circulent aujourd'hui transportent d'immenses quantités de carburant et se rendent dans les zones les plus sensibles de la planète : réserves naturelles, îles paradisiaques, barrières de corail, Antarctique. Or, si les croisiéristes se sont beaucoup investis pour améliorer leur empreinte écologique, ils sont pour l'heure totalement démunis si un accident survient. « A l'heure actuelle, a déclaré Gilles Longuève, Président de la MPS, la grande majorité des navires qui circulent ne sont pas équipés pour limiter les conséquences environnementales d'un éventuel accident. Nous avons pourtant désormais les moyens d'adapter le design des navires afin d'y remédier. La sécurité passive embarquée vient compléter les mesures déjà prises en matière environnementale et permet de réduire les fuites et de faciliter la récupération des polluants en cas d'accident en mer. Pour les croisiéristes, ces solutions certifiées et peu couteuses représentent une opportunité unique de renforcer l'éco-sécurité de leurs navires tout en démontrant leur éco-responsabilité. »

Cette conférence « Transport maritime de personnes » fait partie d'un ensemble plus vaste de consultations publiques organisées par la Direction générale Transport de l'Union européenne (DG Move) afin d'améliorer encore la sécurité du transport de passagers. Parmi les sujets abordés: les aspects opérationnels, les questions de stabilité après avarie et les innovations en matière de sécurité maritime. Ces discussions seront par la suite soumises à proposition pour une possible intégration dans un corpus législatif au cours de l'année 2012.

Malgré l'augmentation du nombre de risques dans le secteur prospère du transport maritime, les navires ne sont pas conçus pour éviter les catastrophes écologiques en cas d'accident, et ce en dépit de l'émergence de solutions technologiques novatrices. Ces solutions, certifiées et rentables, peuvent aider efficacement les sauveteurs en temps de crise et empêcher rapidement le risque d'une pollution majeure, avant même que les substances polluantes ne s'échappent du navire. Tenant compte de tous ces éléments, les principales parties prenantes de l'industrie ont ainsi créé l'association de la sécurité passive embarquée, une organisation sans but lucratif fondée sur leur souhait commun de promouvoir une navigation durable. L'association a pour objectif d'éveiller les consciences au problème de la pollution maritime accidentelle et de favoriser l'émergence de nouvelles solutions pour accroître leur prévention.

Pour plus d'informations

www.maritimepassivesafety.com

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Economie maritime L'industrie de la croisière s'intéresse aux dernières solutions permettant de limiter la pollution accidentelle