Accueil Environnement La Commission océan mondial réagit au dernier rapport du GIEC
Environnement
La Commission océan mondial réagit au dernier rapport du GIEC
le 27 Septembre 2013

 

Le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GEIC), rendu public le 27 septembre, indique que l'océan nous protège des impacts du changement climatique mais que le prix qu'il paye en retour est elevé. Le groupe de recherche sur le changement climatique de l'ONU a découvert que l'océan absorbait plus de 90% de la chaleur piégée dans le système climatique à cause des émissions anthropogéniques de gaz à effet de serre. L'océan absorbe aussi un quart de nos émissions de dioxyde de carbone, ce qui provoque l'acidification de la mer à une vitesse probablement sans précédent en 300 millions d'années.

La Commission Océan Mondial, organisme indépendant pour la restauration de la santé écologique et la productivité durable de l'océan, lance donc un appel aux gouvernements pour qu'ils entreprennent des mesures urgentes en faveur de sa résilience.

Selon Trevor Manuel, Ministre de la Présidence d'Afrique du Sud et Co-président de la Commission, sans cette capacité immense de l'océan à absorber la chaleur et le dioxyde de carbone, les impacts du changement climatique seraient beaucoup plus sévères que ceux que nous vivons maintenant. Les implications sont claires : nous devons doubler nos efforts pour que l'océan soit plus résilient au changement climatique et à l'acidification. Il existe des mesures simples comme la création d'aires marines protégées, mais aussi, il faut plus essentiellement aborder les lacunes de gouvernance de l'océan international, au cœur de toutes les problématiques actuelles.

Monsieur Manuel, qui fut Ministre des Finances d'Afrique du Sud après l'Apartheid pendant 13 ans, co-préside la Commission Océan Mondial avec l'ancien Président Costaricain José María Figueres, et avec David Miliband, Président et Directeur Exécutif de l'International Rescue Committee.

L'analyse de la Commission montre que la santé écologique et la productivité de la haute mer, partie de l'océan gérée par la communauté internationale, sont en déclin dû à un certain nombre de facteurs comme la demande croissante en ressources, l'évolution des technologies d'extraction et la pollution.

Comme si cette liste n'était pas déjà suffisamment longue, le GIEC, explique le President Figueres, révèle que le changement climatique et l'acidification de l'océan provoquent des bouleversements profonds qui persisteront pendant des sièclesL'atmosphère retient seulement 1% de l'excès de chaleur que nos émissions de gaz à effet de serre attrapent dans la Terre, alors que l'océan retient plus de 90%. En centrant notre attention sur les températures atmosphériques, nous n'avons fait qu'oublier une grosse partie du problème. Le rapport du GIEC, confie-t-il, montre heureusement que le changement climatique peut encore être contrôlé. Mais seulement si les gouvernements agissent rapidement pour limiter les émissions de carbone.

Selon le rapport du Groupe de travail I du GIEC consacré aux éléments scientifiques du changement climatique, la surface de l'océan se réchauffe à un rythme de 0.1ºC par décennie; l'océan profond se réchauffe aussi, et continuera à le faire pendant des siècles même si les émissions étaient réduites immédiatement; les niveaux de la mer augmentent, les courants changent, la fonte rapide de l'Arctique refroidit l'eau de la région, et les concentrations d'oxygène dissout diminuent; l'acidification rendra en 2050 la moitié de l'Arctique inhabitable pour les organismes à coquille.

Toutes ces tendances auront un impact majeur sur les organismes marins. Selon M. Miliband, ancien Ministre des Affaires Étrangères du Royaume-Uni, qui a identifié  les conséquences sur le bien-être et la sécurité des personnes, la perturbation de la vie marine aura clairement un impact sur la capacite d'alimentation de l'Humanité

Avec aujourd'hui près d'un milliard de personnes souffrant de la faim, nous devons, chaque fois que cela est possible, assurer l'approvisionnement durable d'aliments, plutôt que de laisser le changement climatique le mettre en péril, a-t-il dit.

Nous évaluons actuellement, a-t-il confié, les priorités de développement pour l'avenir, à travers notamment les Objectifs pour le Développement Durable auxquels travaillent les Etats. Assurons-nous que les problématiques concernant l'océan s'y trouvent correctement reflétées, parce qu'au final, un océan sain contribuera à la santé de nos sociétés.

En savoir +

La Commission Océan Mondial (www.globaloceancommission.org/fr) a été formée à l'initiative de Pew Charitable Trusts, en collaboration avec Somerville College de l'Université d'Oxford, la Adessium Foundation et Oceans 5. Son financement est garanti par Pew, Adessium Foundation et Oceans 5, tout en maintenant son indépendance.

 

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Environnement La Commission océan mondial réagit au dernier rapport du GIEC