Accueil Environnement
Environnement
Etats-Unis : des rames de métro dans l'océan !

Et si larguer des rames de métro dans l'océan contribuait à l'écosytème des fonds marins ? C'est un projet écologique de la ville de New-York que le photographe Stephen Mallon a suivi durant trois ans. Avec son appareil, il a pu immortaliser la chute de ces carcasses métalliques au fond de l'Atlantique dans une série de photos insolites baptisée Next Stop, Atlantic (Prochain arrêt, l'Atlantique). Balancés par dessus bord le long de la côté américaine, entre le Delaware et la Caroline du Sud, ces wagons entiers sont voués à devenir l'habitat artificiel de millions de poissons, afin de les protéger des prédateurs et de leur fournir une source de nourriture. L'objectif final est d'aider à reconstruire les récifs du fond marin de la côte Est américaine.

La suite de l'article et les photos étonnantes de Stephen Mallon sur :

http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/22/photo-metro-new-york-ocean-atlantique-recif-nature_n_6521422.html

Source : www.huffingtonpost.fr

 

le 26 Janvier 2015
Peut-on sauver la Mer Morte ?

Le niveau de la Mer Morte, qui sépare Israël de la Jordanie, a baissé de 40 mètres depuis les années 1950. En cause, les prélèvements trop importants effectués dans le Jourdain - le fleuve qui l'alimente - pour irriguer les terres agricoles mais également les usines de production de sel qui accélèrent l'évaporation. C'est sur les rives de la Mer Morte qu'ont été créées les premières stations thermales du monde. Car si la Mer Morte n'est pas un ecosystème idéal pour les poissons, elle est excellente contre les maladies de peau, grâce à ses eaux très salées. Et quand on dit salé, c'est salé : faites évaporer un litre d'eau de la Mer Morte, et vous récupérez 275 grammes de sel ! Mais maintenant, c'est la Mer Morte qui est en petite santé. Tous les ans, son niveau chute de plus d'un mètre. Elle a déjà perdu le tiers de sa surface et est désormais divisée en deux. Pour tenter de sauver la Mer Morte, il y aurait bien une solution...

Lire la suite, texte et photos, sur :http://www.ouest-france.fr/environnement-peut-ressusciter-la-mer-morte-qui-meurt-de-soif-3098305

 

le 07 Janvier 2015
Environnement : la dangereuse réduction de la mangrove pakistanaise

Aux portes de la cité portuaire de Karachi et de ses 20 millions d'habitants, se jette l'Indus, grand serpent d'eau douce qui traverse le Pakistan, de l'Himalaya à la mer d'Arabie, pour irriguer les plaines du Pendjab et du Sind. Le delta de l'Indus est, lui, oxygéné par un océan de verdure miroitant sur l'eau : la mangrove, un écosystème unique qui plante ses racines au carrefour des eaux douces et salées.

Mais la mangrove a décliné au cours du dernier siècle pour passer de 600.000 hectares au début du XXe siècle à un peu plus de 130.000 hectares aujourd'hui en raison notamment du détournement du flux de l'Indus pour irriguer les terres (ce qui a altéré le rapport entre les eaux douces et salées), du développement industriel de la côte et du trafic de bois.

Malgré les patrouilles des écologistes, les bûcherons sévissent toujours sur les eaux du delta, prêts à tailler la mangrove pour la revendre en bois de chauffage. « Je vends ce fagot pour presque rien, 10 ou 20 roupies (8 à 15 centimes d'euros). Je gagne très peu d'argent », se lamente Haji Brahim dont la barque est remplie de branches maigrichonnes alors qu'au loin ce sont de véritables troncs que les contrebandiers transportent.

Lire la suite (texte et vidéo) sur http://www.lesoir.be/749144/article/demain-terre/biodiversite/2015-01-05/mangrove-pakistanaise-en-danger

 

le 06 Janvier 2015
L'ensemble de l'océan mondial est touché par la pollution plastique et microplastique

Publiée dans le journal PLoS ONE (1) le 10 décembre 2014, une étude coordonnée par l'institut 5 Gyres (2) à laquelle l'Ifremer (3) est associée, révèle que l'ensemble de la pollution de la surface des océans est évaluée à 5,25 mille milliards de particules, soit 269 000 tonnes de plastique. 

Cette étude, la plus complète à ce jour, compile les résultats de six ans de travaux et prélèvements effectués sur une distance parcourue de 50 000 milles nautiques. Grâce à cette première estimation globale de la pollution par les plastiques flottants, l'équipe internationale impliquée dans le projet a pu conclure que les plastiques et microplastiques sont présents sur l'ensemble de l'océan mondial.

le 15 Décembre 2014 Lire la suite...
Un grand entretien avec Nathalie de Pompignan, auteur de "Océan, alerte rouge !"

Ancien membre de l'équipe Cousteau, expert en sciences écologiques auprès de l'Unesco, Nathalie de Pompignan est l'auteur d'un ouvrage de référence, écrit à quatre mains avec sa fille Constance Albanel, « Océan alerte rouge, chroniques d'un désastre annoncé » (octobre 2014 / Editions L'Harmattan). L'état des lieux est sans concession mais non sans espérances. Explications.

Propos recueillis par Pascal Cognet

« Océan, alerte rouge » ! Quel constat dressez-vous pour en arriver là ?

Le constat est que l'océan est aujourd'hui en danger et que le tableau est sombre. Rappelons sa place. Il est « notre système de support de vie », selon Sylvia Earle, exploratrice mondialement reconnue de la National Geographic Society. A l'origine de la vie sur notre planète, il occupe 70% de sa surface et fait d'elle une terre habitable. Il est la principale source de subsistance pour 1,2 milliard d'êtres humains. Il interagit avec l'atmosphère, absorbe plus d'un quart des émissions de carbone d'origine anthropique, joue un rôle essentiel dans la régulation de la chaleur et des variations des températures et des précipitations et produit la moitié de l'oxygène que nous respirons. Il abrite une extraordinaire et foisonnante biodiversité et son littoral accueille les 2/3 de la population mondiale. Quant à ses bienfaits « marchands », ils sont innombrables : pêche, ressources énergétiques, minérales et génétiques, tourisme. N'oublions pas aussi que 90 % du commerce mondial emprunte la voie maritime. Or, sa santé est en péril.

le 27 Octobre 2014 Lire la suite...
Le transport maritime mondial a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % en cinq ans

Devant les participants au sommet international des Nations-Unies sur le Climat, l'International Chamber of Shipping (ICS), l'association internationale des armateurs, a présenté ce matin les excellentes performances environnementales du transport maritime.

le 23 Septembre 2014 Lire la suite...
Le Festival mondial de l'image sous-marine ouvrira ses portes le 30 octobre prochain à Marseille

Pour sa 41ème édition, le Festival Mondial de l'Image Sous Marine se déroulera du jeudi 30 octobre au dimanche 2 novembre 2014 au Palais des Congrès du Parc Chanot de MARSEILLE. Il abordera cet année le thème « Océan : futur de l'homme ». Des premières inventions de Jules VERNE au navire Planète Solar en passant par le concours d'architecture de la Fondation Jacques ROUGERIE, il mettra en avant les œuvres et les hommes qui agissent et pensent l'Océan de demain sans mettre de limites à leurs visions futuristes.

le 28 Août 2014 Lire la suite...
Catherine Chabaud et son équipe obtiennent le financement de l'ADEME pour leur ambitieux projet de voilier du futur

Le premier ministre, a signé en juillet l'engagement financier de l'Etat sur le programme Voilier du futur porté par Catherine Chabaud, Julian Stone et Innovations Bleues, lauréat des Investissements d'Avenir, dans le cadre de l'Appel à Manifestation d'Intérêt "Navire du Futur". Avec un financement de 4,2 millions d'euros apporté par l'ADEME sur des fonds confiés par le Commissariat général à l'Investissement (CGI), Catherine Chabaud et Julian Stone, après deux années de mise en place, entrent dans une phase décisive du projet qui incarne leur ambition : accélérer le développement des éco-innovations du secteur de la Plaisance (et plus largement du maritime) et dynamiser la démarche de développement durable de la filière.

le 25 Juillet 2014 Lire la suite...
Le mépris absolu de l'Homme pour l'environnement - et pour SON environnement - se confirme jusque dans les plus grandes profondeurs !

Les résultats d'une équipe de chercheurs européens publiés dans la revue Plos One révèlent qu'il est possible de trouver des bouteilles, des sacs en plastique, des filets de pêche et d'autres types de déchets humains jusqu'à des milliers de mètres de profondeur sous la surface de l'océan. Du plateau continental européen à la dorsale médio-Atlantique (située à 2 000 km des côtes) en passant par la Méditerranée, le constat est le même.

le 05 Mai 2014 Lire la suite...
Attention derniers jours ! Participez à la grande aventure de Sea Orbiter, la sentinelle des mers !

Plus que trois jours avant la cloture de la souscription lancée par Jacques Rougerie auprès du grand public pour participer au financement de l'un des projets les plus originaux que la mer puisse générer. Jacques Rougerie, le créateur et promoteur de Sea Orbiter, invite chacun d'entre nous à soutenir la construction de la première station avec en contrepartie l'inscription de son nom à l'intérieur du module. 

Pour plus d'information et pour souscrire en ligne, cliquez sur les deux liens ci-dessous :

http://www.kisskissbankbank.com/the-eye-of-seaorbiter

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=bWKDxUoz5mg

(Ce second enregistrement de Jacques Rougerie a été réalisé il y a une semaine. Les dix jours restants évoqués par l'architecte naval ne sont donc plus d'actualité. Il ne reste bien que trois jours pour souscrire). 

le 24 Janvier 2014
Précédent123456789Suivant
Accueil Environnement