Accueil Géopolitique Le conflit du Proche-Orient est aussi maritime
Géopolitique
Le conflit du Proche-Orient est aussi maritime
le 23 Septembre 2011

PHOTO : DR
PHOTO : DR

Un nouveau sujet de contentieux frontalier fait irruption dans la guerre entre Israël et ses voisins arabes du Proche-Orient. Il ne s’agit ni de la ligne verte, ni des frontières du futur État palestinien, ni du corridor entre l’Égypte et la bande de Gaza, ni même du secteur des fer - mes de Sheba que se disputent Israéliens, Libanais et Syriens. Il s’agit cette fois de souveraineté maritime et plus particulièrement d’une tension croissante entre Israël et le Liban à propos de la délimitation de zones économiques exclusives.

Ces dernières années, les Israéliens ont découvert d’importants champs gaziers offshore. Les réserves offertes par les gisements de Tamar et Leviatan, à 130 km du port de Haïfa (au nord d’Israël) sont estimées à 238 milliards de m3 de gaz naturel pour le premier champ et peut-être à un volume double pour le second. Avec de telles réserves, la consommation d’Israël est assurée pour vingt-cinq années et, surtout, l’État israélien sort de la dépendance gazière de l’Égypte (43 % du gaz consommé en Israël), avec laquelle, après l’effondrement du régime Moubarak et du fait du poids croissant des Frères musulmans, la relation devient incertaine.

Ces réserves israéliennes sont renforcées (peut-être 184 milliards de m3 à ajouter), depuis le 30 juin dernier, par la découverte de deux nouveaux gisements, Sarah et Mira, situés à 70 km au large de la ville de Hadera, au nord de Tel-Aviv. Israël est néanmoins confronté à un défi réel. Si la souveraineté israélienne sur les gisements de Sarah et Mira n’est pas contestée par les voisins de l’État hébreu, celle sur Tamar (50 km à l’ouest de Haïfa) et Leviatan (130 km à l’ouest de Haïfa) l’est en revanche. Le Liban, dont la souveraineté a souvent été foulée aux pieds par Israël, semble décidé à ne pas se laisser dépouiller de ses droits maritimes.

La délimitation de la Zone économique exclusive revendiquée par Beyrouth, englobe en effet, dans sa partie sud, ces gisements stratégiques de Ta mar et Leviatan. Sans attendre une quelcon - que reconnaissance internationale, Israël a déjà accordé les droits d’exploitation. Israël se prépare à mener un combat juridique aux Nations unies pour faire accepter sa délimitation de la Zone économique exclusive, avec la faiblesse toutefois de ne jamais avoir signé la Convention des Nations unies sur le Droit de la mer. Mais l’État hébreu, une fois de plus, dispose de la force pour lui et on ne voit guère ce que le Liban, à part protester, pourra faire pour contrer les ambitions de son voisin. Pour autant, Israël risque d’être rattrapé tôt ou tard dans son effort de délimitation maritime par le lien structurel entre frontières maritimes et frontières terrestres. Ses frontières maritimes ne concernent pas, en effet, que le voisinage avec le Liban. Elles ramènent à l’incontournable question palestinienne.

Comment faire valider solidement une délimitation autour de gisements qui jouxtent le littoral de la bande de Gaza sans, de facto, reconnaître la frontière de l’État palestinien ? Sur ce sujet comme sur tant d’autres, l’avenir d’Israël semble indéfectiblement lié à celui de l’État palestinien! Comme nous l’avons souvent affirmé ces dernières années, les contentieux maritimes vont devenir des problèmes géopoliti - ques de plus en plus importants. De l’Arctique (lire page 10) à la mer Jaune, en passant par l’Atlantique Sud, ils seront l’un des grands motifs de tension entre les États souverains, soucieux d’assurer leur accès aux ressources stratégiques, qu’elles soient énergétiques ou alimentaires.

La Méditerranée n’échappera pas à cette question. Raison de plus pour la France de conserver et augmenter les moyens de peser demain en Méditerranée comme sur les océans. 

Chronique du choc des civilisations
Chronique du choc des civilisations

Une nouvelle édition de Chronique du choc des civilisations, l’atlas de géopolitique d’Aymeric Chauprade, est disponibleen librairie à compter du mois d’août 2011.


* Docteur en sciences politiques (Université Paris-Sorbonne), directeur du site www.realpolitik.tv. Auteur de Géopolitique, constantes et changements dans l’histoire, éditions Ellipses.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Géopolitique Le conflit du Proche-Orient est aussi maritime