Accueil Géopolitique Quelle Méditerranée pour 2030 ?
Géopolitique
Quelle Méditerranée pour 2030 ?
le 07 Février 2012

Quelle Méditerranée pour 2030 ?
Quelle Méditerranée pour 2030 ?

L’Institut de prospective économique du monde méditerranéen, IPEMED, publie une vaste étude, Demain la Méditerranée, Scénarios et projections à 2030 : croissance, emploi, migration, énergie, agriculture. Pour la première fois, un Consortium prospectif, Méditerranée 2030, initié par IPEMED et regroupant près de 30 organismes publics et privés de prospective, issus de 15 pays de la région euro-méditerranéenne, scénarise la Méditerranée, et élabore des projections fondées sur un diagnostic partagé à l'échelle de la région. A la lumière de ces travaux, trois grands scénarios se dessinent, déclinés thématiquement dans les domaines de la croissance, de l'emploi, des migrations, de l'énergie et de l'agriculture.

  • Un scénario de « crise de la Méditerranée » assombri par la crise de 2008, amenant une convergence par le bas et une marginalisation des pays méditerranéens fragilisés par la crise des dettes souveraines, au Nord, et par une transition politique heurtée, au Sud ; 
  • Un scénario des « divergences méditerranéennes » caractérisé par une insertion disparate des pays dans une économie mondiale tirée par les pays émergents, créant des divergences entre économies de la région ; 
  • Un scénario de la « convergence méditerranéenne ». Sous réserve d'une action politique forte, volontariste et partagée par tous les pays riverains, une convergence méditerranéenne, fondée sur la valorisation des complémentarités, une plus grande redistribution des richesses et un renforcement de la compétitivité, est possible.

IPEMED et le Consortium Méditerranée 2030 s'accordent sur neuf recommandations pour parvenir au scénario de convergence régionale et mettre en place un « écosystème » méditerranéen.

  1. Investir dans le capital humain en favorisant la mobilité et la qualification des personnes ;
  2. Accélérer les transferts de savoirs, en encourageant notamment l'émergence de pôles de compétitivité et de recherche euro-méditerranéens sur des secteurs porteurs et riches en emploi ;
  3. Créer un espace institutionnel commun, un statut avancé bénéficiant de fonds s'inspirant de la philosophie de l'adhésion au marché intérieur européen et approfondir les discussions pour une adhésion à l'UE ;
  4. Engager un processus de certification méditerranéenne avec un label méditerranéen garantissant une qualité sanitaire et environnementale en matière agricole et un niveau de compétence et de qualité pour les prestations de services ;
  5. Sélectionner les projets labellisés UpM sur leur potentiel de création d'emploi et/ou de sobriété énergétique ;
  6. Créer un fonds méditerranéen environnemental destiné à renforcer la capacité d'adaptation au changement climatique
  7. Mettre en place une banque méditerranéenne d'investissement, conçue pour faciliter le financement des PME et des infrastructures
  8. Intensifier les réseaux de transport au Sud de la Méditerranée, en vue de favoriser la fluidité des échanges commerciaux Sud-Sud
  9. Elaborer une politique commune de sécurité alimentaire et de développement rural.

Contacts : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. /   Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Géopolitique Quelle Méditerranée pour 2030 ?