Accueil Géopolitique Les ambitions résolues de la Russie en Arctique
Géopolitique
Les ambitions résolues de la Russie en Arctique
le 22 Juin 2012

Les ambitions résolues de la Russie en Arctique
Les ambitions résolues de la Russie en Arctique

Depuis 2007, la Russie travaille à étendre son contrôle sur la région arctique. Le 6 juin dernier, Moscou a annoncé qu'il consacrerait à cette zone une part importante des 3,3 milliards d'euros accordés à la défense des frontières avec pour enjeu la protection de ses importantes ressources énergétiques. Le Kremlin a indiqué qu'il avait la ferme intention de défendre ses intérêts géopolitiques en Arctique et notamment sur la dorsale Lomonossov qu'il considère comme le prolongement de son territoire. Ce ne sont pas moins de 1,2 millions de kilomètres carrés qui pourraient ainsi être ajoutés au territoire russe et la promesse d'incroyables richesses : 90 milliards de barils inexploités (13% des réserves mondiales inexploitées) et 47 trillions de mètres cubes de gaz naturel exploitables soit 30% du gaz naturel inexploité dans le monde. Le Kremlin va prochainement soumettre à l'ONU un dossier complet sur le sujet. La dorsale Lemonossov lui est âprement disputée par le Canada et le Danemark.

A ces formidables ressources promises par l'Arctique s'ajoute, pour la Russie, la Voie maritime du Nord... L'on comprend dès lors mieux pourquoi le duo Poutine-Medvedev tient à étendre son contrôle sur cette région. La Russie a annoncé qu'elle allait y renforcer sa présence dans les trois dimensions : par la création d'une force militaire arctique et l'édification de postes frontaliers équipés de systèmes automatisés; la reprise de patrouilles aériennes et le renforcement de la marine afin de protéger la Voie maritime du Nord.

Le gouvernement russe fait preuve sur le sujet d'un impitoyable réalisme politique, ses officiels n'excluant pas l'usage de la force pour garantir les intérêts du pays dans la région. la Russie s'est, en parallèle, lancée dans une intense politique de coopération pour l'exploitation de ses ressources. Le groupe pétrolier russe Rosneft vient de signer un accord avec le groupe norvégien Statoil pour l'exploitation du plateau continental arctique et de la mer de Barents. Les deux groupes devraient pour cela investir entre 65 et 100 milliards de dollars. Cet accord commercial s'est doublé, au mois de mars dernier, d'exercices navals communs pour améliorer l'interaction des forces russes et norvégiennes en Arctique. Les deux pays ont notamment mené des simulations d'opérations anti-pirateries et de libération de plates-formes pétrolières. En septembre 2011, Moscou a organisé le deuxième forum « Arctique, territoire de dialogue », qui a réuni 400 scientifiques, experts, hommes politiques et milieux d'affaires russes et étrangers autour de trois thèmes : économie, écologie et sécurité. Enfin, comme s'il tenait à confirmer sa détermination sur le sujet, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait renforcer sa flotte sous-marine dans la région.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Géopolitique Les ambitions résolues de la Russie en Arctique