Accueil Industrie de défense La bonne santé des exportations d’armement russe
Industrie de défense
La bonne santé des exportations d’armement russe
le 07 Décembre 2011

La bonne santé des exportations d'armement russe (Photo : nationspresse.info)
La bonne santé des exportations d'armement russe (Photo : nationspresse.info)

Le 7 décembre 2011, lors du salon de défense antiaérienne et antimissile Lima-2011 à Langkawi (Malaisie), Viktor Komardine, directeur adjoint de l'agence russe d'exportation d'armements Rosoboronexport, a annoncé que les exportations russes atteindraient près de 12 milliards de dollars en 2011, en augmentation de 10% par rapport à 2010. Les commandes enregistrées par Rosoboronexport pour les années à venir seraient de l'ordre de 36 milliards de dollars. Chaque année, la Russie signerait en moyenne 1 500 contrats d'armement. Des négociations sont en cours avec la Malaisie pour la livraison de six chasseurs Su-30MK2 en plus des 10 exemplaires déjà livrés. Ces derniers mois, plusieurs contrats ont été signés avec Singapour pour divers matériels : 10 hélicoptères Mi-35, 14 hélicoptères Mi-17, 17 blindés de transport de troupes TMP-3F, 48 blindés BTR-80A et 9 000 fusils d'assaut. Si l'embargo de l'ONU sur la livraison d'armes à Tripoli a coûté près de 4 milliards de dollars aux entreprises russes d'armement, le PDG de Rosoboronexport, Anatoli Issaïkine, dit avoir réussi à compenser ces pertes et verrait même dans l'instabilité en Afrique du Nord la possibilité de développer son carnet de commandes. Certains pays de la région ont de fait déjà annoncé vouloir renforcer leur défense antiaérienne. Les ventes de systèmes d'armes antiaériens devraient atteindre 18% de l'ensemble des exportations d'armement russes en 2011.

Le 1er décembre 2011, le vice-premier ministre russe Sergueï Ivanov a déclaré que les sanctions imposées par l'Union européenne contre la Syrie n'impliquaient pas l’arrêt des livraisons d'armes russes à Damas. « Nous devons remplir l'ensemble de nos obligations contractuelles, a expliqué Anatoli Issaïkine, et nous le ferons tant qu'il n'y aura pas de sanctions internationales ou de décret gouvernemental approprié ». Selon l'agence Interfax, citant des sources militaires russes, Moscou a ainsi honoré un contrat signé en 2007, pour la fourniture à la Syrie de deux batteries du système avancé de défense anti-navires « Bastion » utilisant le missile SSN-26 Yakhont (P-800 Onix) destiné à renforcer la défense du littoral syrien contre d'éventuelles attaques menées depuis la mer. Chaque batterie se compose de 18 lanceurs terrestres mobiles transportant deux Yakhont SS-N-26. La livraison des 72 missiles prévus serait pratiquement terminée, et même en avance sur les délais. Le complexe « Bastion », fabriqué par NPO Mashinostroyenia, serait en mesure de neutraliser tous les types de navires de surface. Il peut engager des cibles isolées (navire unique) ou multiples (convois, groupes de combat, groupe aéronaval). La détection et l'acquisition des cibles sont assurées par le système de surveillance aérien et côtier Monolit B conçu par le groupe JSC Typhoon, lequel peut traiter jusqu'à 50 cibles au-delà de l'horizon, à 250 Km de distance en mode passif et 450 Km en mode actif. Le Yakhont peut être lancé depuis la terre ou la mer. Il possède une portée de 300 Km (trajectoire balistique, avec une vitesse de vol de Mach 2.3) et 120 Km en tir direct (entre Mach 1.5 et 1.7) et embarque une charge militaire de 300Kg.

Sources : RIA Novosti – Interfax – nationspresse.info - sites russes et israéliens

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Industrie de défense La bonne santé des exportations d’armement russe