Accueil Les grands dossiers de M&O Au coeur de la piraterie en Somalie Un document exceptionnel de Aart Zeeman
Les grands dossiers de M&O
Au coeur de la piraterie en Somalie Un document exceptionnel de Aart Zeeman
le 15 Mai 2012

Un reportage exceptionnel de Aart Zeeman (images de Ton van der Plas), sur les pirates somaliens, produit par KRO broadcast company.

Confidence d'un pirate interrogé dans ce document : "Quand vous voulez survivre, une seule issue, trouver de l'argent. Cela signifie: chercher les étrangers avec une peau blanche (...). Nous n'avons pas peur des navires de guerre. Même s'ils nous tirent dessus, nous montons à bord. Nous ne craignons qu'une chose - bien pire que les canons et les balles - la faim ! Venez avec vos avions, vos bateaux, vos sous-marins, nous ne vous craignons pas".

M&O choisit de diffuser ce document alors que l'on apprend que la Force européenne a frappé une base de pirates à terre en Somalie, conformément au nouveau mandat qui lui a été donné par les Nations unies jusqu'en 2014.

Un appareil de la force européenne anti-piraterie Atalante a en effet frappé ce mardi 15 mai 2012 une base de pirates sur la côte somalienne pour la première fois depuis le lancement de l'opération.

L'action, "précise et proportionnée, a été menée depuis le ciel et tous les moyens sont retournés sains et saufs" sur les navires européens déployés au large de la Corne de l'Afrique, a précisé la mission européenne dans un communiqué, en précisant qu'aucun Somalien n'avait été blessé selon les premières informations. Cette action a été conduite par l'un des hélicoptères déployés sur l'un des navires de guerre d'Atalante qui sillonnent l'océan Indien au large des côtes de la Somalie afin de protéger les navires marchands depuis 2008. "Nous pensons que cette action va encore accroître la pression (sur les pirates) et perturber leurs efforts pour sortir en mer afin d'attaquer des navires de commerce ou de pêche", a commenté l'amiral Duncan Potts, commandant de la mission Atalante Eunavfor.

qui a précisé que l'opération avait été menée "en accord avec la résolution 1851 du Conseil de sécurité des Nations unies et a le soutien total du gouvernement somalien".

L'opération Atalante compte entre cinq et dix navires de guerre, selon les périodes, dépêchés par des pays européens et qui n'avaient jusqu'à présent frappé les pirates que sur la mer.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE avaient donné en mars 2012 leur feu vert à des "mesures plus énergiques sur le littoral somalien", donnant aux forces d'Atalante la possibilité de "neutraliser" les dépôts des pirates, à savoir leurs bateaux et leurs réserves, notamment de carburants. Pour ce faire, les navires ou les hélicoptères peuvent tirer sur ces repaires dans des "conditions très définies", en s'assurant "de ne pas faire de dommages collatéraux", selon un responsable européen. Les hélicoptères ne peuvent pas frapper à plus de quelques centaines de mètres à l'intérieur des terres. Outre la protection des navires marchands, Atalante a permis l'arrestation de 117 pirates présumés et, pour la seule année 2011, le démantèlement de 27 groupes de pirates, selon l'UE.

(Source AFP)

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Les grands dossiers de M&O Au coeur de la piraterie en Somalie Un document exceptionnel de Aart Zeeman