Accueil Marine Nationale La France dévoile sa première Fremm
Marine Nationale
La France dévoile sa première Fremm
le 17 Mars 2010

La France dévoile sa première Fremm
La France dévoile sa première Fremm

L’Aquitaine, première d’une série de onze frégates européennes multi-missions (Fremm), a été officiellement présentée le 4 mai, à Lorient, en présence du Président de la République, M. Nicolas Sarkozy. Programme naval structurant pour la France – que ce soit pour son industrie nationale, dans le cadre de futurs regroupements des industries de défense européennes ou dans la perspective de contrats à l’exportation – le projet Fremm se déroule désormais conformément aux objectifs fixés par le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale. Bâtiments furtifs, polyvalents, endurants, fortement automatisés et conduits par un équipage réduit de moitié, les Fremm représentent un saut capacitaire majeur pour la Marine nationale.

Lancé en 2002 par la France et l’Italie, le programme Fremm est piloté par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR) et réalisé par deux entreprises: Armaris, filiale de DCNS, et Orrizonte, filiale de Fincantieri et de Finmeccanica. Côté français, ce programme vise la production de neuf unités en version anti-sous-marine (ASM) et de deux à vocation anti-aérienne (Fre da). La cible italienne est, quant à elle, fixée à dix unités. Cette coopération permet des gains financiers liés à la mutualisation de certains travaux et à un effet de série pour les éléments communs aux versions françaises et italiennes (équipements majeurs de la plate-forme et du système de combat). Le projet Fremm bénéficie également de nombreux autres programmes conduits en coopération avec l’Italie (torpille MU90, missile Aster, hélicoptère NH90 notamment). L’Aquitaine devrait rejoindre la Marine en novembre 2012. Suivront ensuite la frégate Normandie, en 2014, puis les autres bâtiments au rythme d’une unité tous les dix mois, les Freda devant être les dernières livrées en 2021 et 2022. Ce programme garantit donc la pérennité, sur les quinze prochaines années, de la capacité industrielle française à développer et réaliser des bâtiments armés de premier rang.

Les Fremm, grâce à leur intéressant rapport coût/niveau de performances, devraient avoir un impact très positif à l’exportation. Un premier succès a déjà été enregistré fin 2008 avec la vente, à la Marine royale marocaine, d’une frégate qui lui sera livrée en 2013. Des négociations ont également été ouvertes avec la Grèce, avec la réserve que peut susciter la crise actuelle, tandis que d’autres pays sont potentiellement intéressés (Algérie, Arabie saoudite, Brésil).

Les frégates de demain

La France dévoile sa première Fremm
La France dévoile sa première Fremm

Les missions des Fremm comprennent la maîtrise d’une zone d’opérations aéro-maritime, l’escorte, le contrôle du trafic maritime ou la sauvegarde maritime. Les capacités de lutte antiaérienne (Freda), anti-navires et anti-sous-marine (Fremm ASM), largement améliorées, permettront à la Marine nationale d’assurer encore plus efficacement la sûreté des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et la protection d’un groupe aéronaval ou amphibie. Multi-missions, ces bâtiments sont autant capables d’agir en parfaite autonomie que d’intégrer ou de commander une force aéronavale nationale ou interalliés. Les évolutions majeures proviennent des nouvelles capacités de ces frégates, qu’il s’agisse de la projection des forces spéciales ou de la frappe de précision dans la profondeur avec le missile de croisière naval (MDCN). En effet, à partir de 2014, les Fremm en version ASM seront les seuls bâtiments de surface (hormis ceux de la marine américaine) à pouvoir tirer de tels missiles, en l’occurrence des SCALP navals produits par MBDA. La seule présence sur zone d’une Fremm constituera donc un signal politique et militaire fort. Les Freda disposeront, pour leur part, d’un potentiel de croissance leur permettant d’accueillir ultérieurement des MDCN. Elles seront par ailleurs équipées du missile Aster 30 dont une évolution éventuelle, à ce jour décidée pour la version qui équipe les forces terrestres, pourrait leur conférer une capacité anti-missile balistique. Ces nouvelles capacités permettront à la France et à la Marine nationale de jouer un rôle accru dans la prévention et la gestion des crises.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Marine Nationale La France dévoile sa première Fremm