Accueil Marine Nationale La Force océanique stratégique française
Marine Nationale
La Force océanique stratégique française
le 04 Février 2011

le SNLE-NG Le Terrible est le plus récent des SNLE français
le SNLE-NG Le Terrible est le plus récent des SNLE français

La Force océanique stratégique (FOST) constitue la principale composante des forces nucléaires stratégiques françaises. La permanence d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) à la mer, de deux si nécessaire, garantit à la France la possibilité d’exécuter à tout moment une frappe nucléaire de riposte. À la mer, le SNLE est une base stratégique entièrement autonome qui reste non-localisée tout au long de sa patrouille. Chaque sous-marin est aujourd’hui équipé de seize missiles, dotés chacun de six têtes nucléaires.

Les sous-marins

La FOST est composée de quatre SNLE de nouvelle génération (SNLE/NG) de la classe Le Triomphant :

  • S 616 - Le Triomphant (en service depuis mars 1997).
  • S 617 - Le Téméraire (en service depuis décembre 1999).
  • S 618 - Le Vigilant (en service depuis novembre 2004).
  • S 619 - Le Terrible, en service depuis fin septembre 2010. Il a remplacé L’Inflexible, dernier des SNLE de la classe Le Redoutable1, désarmé en janvier 2008.

Caractéristiques

  • Déplacement: 12 640 t/surface et 14 335 t/plongée
  • Dimensions : longueur 138 mètres, largeur 12,50 mètres, tirant d’eau10,65 mètres.
  • Vitesse maximale : 12 noeuds en surface et 25 noeuds en plongée.
  • Autonomie : 70 jours (vivres).
  • Propulsion principale : un réacteur à eau pressurisée Type K15 de 150 MW, un groupe turboréducteur, une pompe hélice délivrant 41 500 cv (30 500 kW).
  • Propulsion secondaire : un moteur électrique de secours alimenté par deux diesels-alternateurs SEMT Pielstick 8PA 4 V 200 SM x 950 cv (700 kW).

Armement

Seize missiles stratégiques M-45 (S 616, S 617 et S 618) et M-51 pour Le Terrible. Quatre tubes lance-torpilles de 533 mm qui peuvent lancer des torpilles F17 mod 2 de lutte anti-navires et anti-sous-marines ou des missiles SM 39 à changement de milieu contre buts de surface.

Equipements électroniques :

  • un radar Furuno (S 618 , S 619 ) ou Racal-Decca (S 616 , S 617 ) ;
  • un sonar DMUX-80 ;
  • un sonar DSUV-61 B ;
  • un sonar DUUG-7 ;
  • une contre-mesure : détecteur ARUR-13 un système de direction de combat SET.

Équipage

Deux équipages (Bleu et Rouge) de 112 hommes (16 officiers, 88 officiers-mariniers et 8 quartiers-maîtres et matelots). Le cycle opérationnel comprend une période d’entraînement sur simulateur, une période d’entretien du bâtiment, une patrouille de neuf à dix semaines puis quelques semaines de permissions.

Les missiles embarqués

Le M 45 (missile mer-sol balistique stratégique), appelé à être remplacé par le M 51 sur tous les bâtiments de la FOST, a été mis en service en 1997. Il est actuellement embarqué sur les SNLE de type Le Triomphant, sauf Le Terrible.

Caractéristiques du M 45

  • Longueur : 11,05 mètres.
  • Diamètre : 1,93 mètres.
  • Portée : de l’ordre de 6 000 km.
  • Capacité d’emport : 6 têtes TN-75 de 110 kt.
  • Masse au lancement : 36 tonnes.

Le M 45 est appelé à être progressivement remplacé par un missile plus puissant, le M 51. Le Terrible est le premier SNLE a en être doté. Les trois autres le recevront ultérieurement après transformation. Le M51 est fabriqué par EADS Astrium Space. Il est prévu un total de 60 missiles (15 par sous-marin) : cinq ont été livrés entre 2007 et 2009, 10 seront livrés chaque année entre 2011 et 2015. Les cinq derniers le seront en 2016.

Caractéristiques du M 51

tir d’un missile M51 depuis le Centre d’essais des Landes
tir d’un missile M51 depuis le Centre d’essais des Landes

  • Longueur : 12 mètres.
  • Diamètre : 2,30 mètres.
  • Portée : entre 8 000 et 10 000 km.
  • Vitesse : supérieure à Mach 15 (19000 km/h).
  • Capacité d’emport : 6 à 10 têtes TN 75 de 110 kt, remplacées par des TNO de 100 kt en 2015.
  • Propulsion principale par propergol solide, tout comme pour le missile M 45.
  • Masse au lancement : 55 tonnes.

Le M51 représente un saut sur le plan technologique avec notamment l’utilisation de matériaux composites à base de fibres de carbone pour la réalisation de la structure des propulseurs et de la coiffe qui protège la charge utile, avec le remplacement des vérins hydrauliques par des vérins électriques pour une maintenance allégée et un encombrement réduit, avec un nouveau dessin de la coiffe du missile destiné à obtenir un coefficient hydrodynamique optimal.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Marine Nationale La Force océanique stratégique française