Accueil Marines du monde Vendée Globe, Armel creuse l'écart
Marines du Monde
Vendée Globe, Armel creuse l'écart
le 16 Décembre 2016

Toujours à la poursuite du gros anticyclone pacifique qui se décale doucement vers l'Est, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) creuse lentement mais sûrement l'écart avec Alex Thomson (Hugo Boss) : grâce à un petit flux de secteur Nord-Ouest, le Breton commence à faire un véritable break qui pourrait se concrétiser au passage du cap Horn par une avance de deux jours ! Dans ces brises modérées, la tension n'est pas la même et les deux leaders peuvent se concentrer sur la marche du bateau sans trop se soucier du matériel, ni de leur confort : la grande cavalcade de quarante jours de mer a désormais des allures de petit trot et il est maintenant possible de se focaliser sur la trajectoire et sur les réglages…

Ligne de mire
Le prochain objectif est clair : le cap Horn. La fin des mers du Sud et la borne extrême de ce Vendée Globe. Mais pour y parvenir, Armel Le Cléac'h va devoir composer avec cet anticyclone qui a des velléités à se résorber sur lui-même… Il va en résulter un flux de secteur Ouest modéré qui va fusionner avec une dépression en formation sur le 60°S : si le Léonard arrive à faire la jonction (ce qui n'est pas encore évident), il va pouvoir glisser rapidement vers le 56°S pour embouquer le détroit de Drake et sortir (enfin !) des mers du Sud. D'après les routages, son passage au cap Horn devrait avoir lieu entre le 22 décembre au soir et le 23 midi…
En revanche, Alex Thomson est moins à la fête car il patine toujours dans un flux mou et instable qui ne va s'organiser que ce vendredi soir : une petite bulle dépressionnaire lui apporterait alors un flux de Nord-Ouest, mais le système semble éphémère. Le Gallois ne pourrait pas se raccorder à la dépression devant et retomberait alors dans un magma peu venté. Si le scénario se confirme, ce week-end créera une véritable fracture entre les deux leaders…

Grosse cartouche !
Derrière, le duel entre Paul Meilhat (SMA) et Jérémie Beyou (Maître CoQ) n'a pas fini d'animer cette traversée du Pacifique : à une quinzaine de milles l'un de l'autre, les deux solitaires suivent la même trajectoire entre une grosse dépression dans le tableau arrière et un front en dégénérescence devant leur étrave. Il leur reste 4 000 milles pour se départager avant le cap Horn. Ce n'est pas tout à fait la même problématique pour le trio suivant : Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) revient comme un boulet par le Nord-Ouest et pourrait bien déborder Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) au passage de l'île Campbell, alors que Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) a déjà trente milles de débours sur le Niçois.

Mais c'est du côté du peloton que les regards se tournent car une mauvaise dépression passe dans le Nord-Ouest des Kerguelen en apportant son lot de mers croisées et fortes et ses brises supérieures à 40 nœuds. Les plus concernés ce vendredi matin sont Conrad Colman (Foresight Natural Energy) et Arnaud Boissières (La Mie Câline) qui subissent le plus fort du coup de vent de Nord-Nord Ouest alors que Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) est déjà derrière ce violent front. Quant à Rich Wilson (Great America IV), il est le plus exposé ces prochaines heures avec une traîne à plus de quarante nœuds de Sud-Ouest. Alan Roura (La Fabrique) et Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) seront les prochains à subir ce méchant passage dépressionnaire.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Marines du monde Vendée Globe, Armel creuse l'écart