Accueil Marines du monde Vendée Globe, la promesse de l'aube
Marines du Monde
Vendée Globe, la promesse de l'aube
le 17 Décembre 2016

Ils sont douze concurrents à avoir franchi la longitude du cap Leeuwin, le deuxième grand repère de ce tour du monde en solitaire et sans escale. Stéphane Le Diraison (Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt) et le Hongrois Nándor Fa (Spirit of Hungary) sont désormais en route vers la mi-parcours et peuvent descendre plus au Sud en longeant le « mur des glaces ». Toujours à la poursuite de Louis Burton (Bureau Vallée) distant de 550 milles, le duo est propulsé par un puissant flux de Nord-Ouest qui va se renforcer encore dans les heures à venir. C'est justement ce régime musclé qui a balayé le peloton la nuit dernière sans faire trop de dégâts malgré une mer croisée et des rafales à plus de 50 nœuds. Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) a tout de même constaté que sa grand-voile s'était déchirée sur trois mètres entre le 2ème et le 3ème ris…

Escapade pacifique

Les plus secoués ont été les trois skippers étrangers : l'Irlandais Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland), le Suisse Alan Roura (La Fabrique) et l'Américain Rich Wilson (Great America IV) : ils naviguent encore sur une mer très chaotique qui devrait toutefois se lisser à l'image des conditions plus maniables qu'encaissent leurs poursuivants, Pieter Heerema (No Way Back), Didac Costa (One Planet-One Ocean), Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) et Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean).

Et si Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le projet Imagine) est désormais entré dans le Pacifique, les regards se tournent vers le trio reformé au passage de l'île Auckland : Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) a ainsi rejoint Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) suivi par Jean Le Cam (Finistère Mer Vent). Dans un bon flux de Nord-Ouest, les trois solitaires piquent dorénavant plein Est dans le sillage de Paul Meilhat (SMA) et de Jérémie Beyou (Maître CoQ) auxquels ils concèdent près de 1 000 milles…

Le tandem est toujours collé-serré avec une quinzaine de milles de delta seulement et profite de bonnes conditions portantes pour allonger la foulée. Ce n'est pas encore tout à fait le cas pour le Gallois Alex Thomson (Hugo Boss) qui n'est pas sorti d'un minimum dépressionnaire qui l'oblige à faire du près océanique ! Tandis que le leader Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) reste accrocher au dos d'une dépression qui doit le porter jusqu'au cap Horn, distant d'un peu plus de 2 000 mille

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Marines du monde Vendée Globe, la promesse de l'aube