Accueil Marines du monde Vendée Globe, la voie brésilienne
Marines du Monde
Vendée Globe, la voie brésilienne
le 31 Décembre 2016
Alors que les concurrents de la Sydney-Hobart ont rejoint la Tasmanie avec une belle brise, quatre solitaires du Vendée Globe peinent dans un léger flux de Sud au large de l'île australienne… Au point que l'entrée dans le Pacifique de Didac Costa (One Planet-One Ocean) et de Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) n'aura finalement lieu que dans l'après-midi pour l'Espagnol et dans la soirée pour le Breton. Quant à Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) et Pieter Heerema (No Way Back), cette brise les contraint à faire route vers le détroit de Bass ! Iront-ils embouquer ce redouté passage comme Jean-Pierre Dick il y a deux semaines ?
 
De Stewart à Rio
Pour Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland), l'atterrissage sur l'île néo-zélandaise n'est pas si simple : après deux tentatives avortées pour cause d'algues empêchant son ancre de crocher, l'Irlandais patiente un peu au large de Stewart en attendant que le jour se lève pour un nouvel essai. Il ne faut pas trop qu'il traîne car des vents violents de Nord-Est soufflent de plus en plus fort sur l'île antipodienne… Ce qui n'est pas vraiment le cas dans l'immensité du Pacifique où Rich Wilson (Great American IV) se fait rattraper par le petit temps quand ses prédécesseurs bénéficient d'un bon flux de secteur Ouest : le quatuor mené par Éric Bellion (CommeUnSeulHomme) progresse à bonne vitesse vers le point Némo (le lieu le plus éloigné de toute terre) que Conrad Colman (Foresight Natural Energy) et Nándor Fa (Spirit of Hungary) sont en train de dépasser.
 
Le néo-Zélandais peine un peu plus depuis qu'il a dû sacrifier son génois lourd (J-2) mais finalement grignote les milles sur le Hongrois qui bute dans une bulle ! Quant à Louis Burton (Bureau Vallée), il est désormais à moins de mille milles du cap Horn, poussé par une brise très froide de Sud-Ouest : le Malouin a dû sortir toutes ses polaires pour supporter de tels frimas par 56° Sud… Mais la délivrance est pour les premiers jours de l'année, une libération des mers du Sud que le trio qui le précède vit avec circonspection : alors que Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) tente de passer dans l'Ouest des Malouines, Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) sont un peu collés double-face au large de l'île des États. Le phare du Bout du Monde a beau les éclairer de son pinceau nocturne, le vent est aux abonnés absents aux abords de la Patagonie !
 
Et ce n'est pas la panacée non plus pour Jérémie Beyou (Maître CoQ) qui après une bulle, doit louvoyer pour remonter tribord amures vers Buenos Aires… Enfin en tête de gondole, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) peut souffler : le vent de Nord d'une quinzaine de nœuds lui a permis de décrocher Alex Thomson (Hugo Boss) qui a tout de même réussi à sortir du marasme mais avec 150 milles de retard en ce dernier jour de l'année. Les deux leaders devraient se recaler vers l'Est dans la soirée ou demain pour aller chercher les brises d'Est qui balayent l'Atlantique Sud au large du cap Frio. Logiquement, le Léonard va faire gonfler son coussin d'avance lorsque le Gallois devra tirer un bord bâbord amures vers l'anticyclone de Sainte-Hélène, un bord où il ne dispose plus de son foil-dérive

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Marines du monde Vendée Globe, la voie brésilienne