Accueil Technologie La société française Sabella sélectionnée pour le premier projet hydrolien des Philippines
Technologie
La société française Sabella sélectionnée pour le premier projet hydrolien des Philippines
le 24 Janvier 2017

PNOC-Renewables Corporation (PNOC RC), division "énergies renouvelables" de l’entreprise publique philippine en charge du pétrole, est convaincu de l’intérêt de produire de l’énergie renouvelable à partir des courants marins qui longent les côtes de l’archipel philippin et s’engage à contribuer à l’autonomie énergétique, en promulguant un mix énergétique en accord avec la politique du Ministère de l’Énergie de la République des Philippines.

Pour atteindre cet objectif, PNOC RC a signé, le 27 octobre 2016 à Manille avec H&WB et SABELLA, un MoU (accord de coopération) concernant trois concessions allouées dans le détroit de San Bernardino. H&WB avait précédemment réalisé une caractérisation de la ressource hydrocinétique au travers de mesures de courants afin de définir le potentiel énergétique du détroit de San Bernardino entre les provinces de Sorsogon et Samar du Nord. En parallèle, une revue en profondeur et une analyse détaillée des technologies hydroliennes éprouvées avaient été menées, conduisant à la sélection de la technologie SABELLA pour fournir les hydroliennes. Le 15 octobre 2015, H&WB et SABELLA ont conclu un accord de partenariat exclusif (MoA) pour développer ensemble un premier projet de démonstration sur l’une des trois concessions de San Bernardino, afin d’initier le développement commercial de l’hydrolien aux Philippines.

Les îles de Capul et San Antonio dans le détroit de San Bernardino ont des réseaux électriques autonomes alimentés aujourd’hui par des groupes électrogènes. L’accès à l’énergie est limité à quelques heures par jour et l’ensemble de la population n’est pas raccordée au réseau de distribution. En particulier, les édiles locaux de Capul affichent une volonté politique forte d’avancement de ce projet. La population requiert activement une amélioration de la qualité et de la quantité d’énergie délivrée, car la vétusté des groupes électrogènes équipant actuellement les centrales entraînent de nombreuses coupures de courant. La croissance en a été excessivement ralentie. Par ailleurs, une production énergétique d’origine fossile impacte significativement et négativement le développement durable et la protection de l’environnement. Dans cette perspective, l’hydrolien, en sus de sa dimension innovante et de son adaptabilité aux îles et réseaux isolés, est une énergie renouvelable, compétitive au regard des groupes électrogènes, prédictible et le fondement d’un nouveau modèle économique bas carbone.

H&WB et SABELLA ont récemment finalisé une campagne bathymétrique complète du détroit de San Bernardino. SABELLA a sélectionné le bureau d’étude océanographique bordelais ÉNERGIE DE LA LUNE, et entraîné à l’export, dans son sillage, l’expertise française d’une autre PME dans le domaine des énergies marines renouvelables. L’objectif désormais est d’avancer vers une modélisation numérique 3D de la zone afin d’identifier précisément la localisation du premier projet de démonstration qui comportera entre trois et cinq hydroliennes.

Ce partenariat planifie et ambitionne de créer une société de projet au premier semestre 2017 afin d’initier le financement du programme et les travaux d’ingénierie pour mettre en œuvre la première ferme hydrolienne en Asie. Le rôle de PNOC RC est majeur dans la poursuite de cet objectif et l’accord tripartite signé avec H&WB et SABELLA dévoile sa stratégie volontariste qui vient au service et au soutien du projet, souligné par la décision de s’impliquer dans la société de projet. Avec ce nouveau partenaire, la promesse d’un nouveau secteur des énergies renouvelables aux Philippines va pouvoir devenir réalité.

En savoir + sur Sabella :

SABELLA est un acteur pionnier et référent dans le domaine de l’hydrolien. La société a été créée en 2008 dans le cadre de son projet D03 (hydrolienne prototype de 3 m de diamètre) à Bénodet, première hydrolienne installée en France. En juin 2015, la D10 (hydrolienne de 10 m de diamètre pour une puissance de 1 MW) a été installée avec succès dans le passage du Fromveur et connectée à Ouessant, sur un réseau isolé similaire à ceux de Capul et San Antonio. Elle reste la seule hydrolienne à avoir, à ce jour, produit de l’énergie sur le réseau national français.

Les fondamentaux technologiques reposent sur une modularité architecturale, afin de faciliter et réduire le coût des opérations de maintenance en ne récupérant que la turbine. Ceci autorise une installation et une récupération facilitée en laissant l’embase gravitaire sur le fond marin.

La machine est intégralement immergée en fonctionnement, ne provoquant aucune gêne pour la navigation ni impact visuel. Le signal électrique produit a été intégralement qualifié et approuvé par le gestionnaire de réseau d’Ouessant, en termes de tension et de fréquence. Après une période de démonstration autorisée d’un an, la turbine de D10 a été relevée en juillet 2016 pour être expertisée et pour implémenter des premières optimisations. L’hydrolienne sera réinstallée au printemps 2017 pour poursuivre ces essais, avec un accroissement de la production sur le réseau ouessantin et la mise en place de premières capacités de stockage. 

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Technologie La société française Sabella sélectionnée pour le premier projet hydrolien des Philippines