marine ocean logo

Economie maritime

Auteurs de films documentaires dont « Nom de code : Poilus d'Alaska » récemment diffusé sur Arte, Michael Pitiot et Daniel Duhand préparent un nouveau documentaire de 52' sur le naufrage du paquebot Afrique.

Ce bateau, qui avait quitté Bordeaux pour rejoindre le Sénégal, a coulé dans le nuit du 12 au 13 janvier 1920 entre l'île de Ré et Les Sables d'Olonne. Sur les 599 personnes présentes à bord, seules 36 ont survécu.

Michael Pitiot et Daniel Duhand recherchent les descendants des familles des naufragés, ainsi que des témoignages ou des documents sur cette tragédie.

La liste de l'équipage et des passagers est consultable sur www.memoiresdelafrique.fr

Pour tout contact avec les auteurs :


Economie maritime

La France participe depuis le 1er novembre 2012, et jusqu'au 18 novembre, dans le Pacifique, à une opération annuelle de surveillance et de police des pêches baptisée Kurukuru.

Pilotée depuis le centre opérationnel du Forum Fisheries Agency (FFA) basé à Honiara sur l'île de Guadalcanal (îles Salomon), l'opération Kurukuru mobilise de nombreux pays iliens du Pacifique sud (PICs) sur un théâtre vaste comme deux fois l'Europe avec la mobilisation de sept patrouilleurs intégrés au dispositif global.

L'Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et la France lui apportent leur soutien avec des moyens navals ou aéronavals. La France a engagé des moyens maritimes des Forces Armées en Nouvelle Calédonie (FANC) et des Forces Armées en Polynésie Française (FAPF), avec notamment la frégate de surveillance Prairial, les patrouilleurs La Glorieuse et Arago ainsi que deux Gardian. Un officier des FANC est également inséré dans l'état-major de conduite.

Organisée en collaboration avec la Western and Central Pacific Commission (WCPFC), organisation chargée de la gestion durable de la ressource halieutique dans le Pacifique occidental et central, cette opération vise à lutter contre les pêcheurs en situation illégale, non reportés ou dépassant leurs quotas. La maîtrise de l'activité de pêche est en effet cruciale dans une région où l'économie s'avère très dépendante de cette filière.

Conduite depuis 2005, le succès de cette surveillance et de ces contrôles ne se mesure pas uniquement par le nombre de navires appréhendés mais aussi par la diminution tout au long de l'année du nombre de navires en situation irrégulière qui laisse penser que cette opération a un effet dissuasif durable.

La participation des moyens français positionne la France comme un acteur régional important. Elle permet de renforcer les liens avec l'agence des pêches du Forum des îles du Pacifique, facilitant l'accès aux informations sur l'activité de pêche dans cet immense espace océanique.


Découverte

Pour Noël, faites plaisir à vos proches ou à vos amis !

Comprendre les enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des océans...

Offrir un abonnement à Marine & Océans c'est faire un cadeau intelligent tout en contribuant à soutenir votre revue. Offrez à un proche ou à un ami un abonnement surprise à Marine & Océans : 4 numéros pour 28 euros. VOUS POUVEZ FAIRE VOTRE CADEAU EN LIGNE ! Rendez-vous sur le site www.marine-oceans.com/boutique, choisissez votre formule (1 an ou 2 ans), cliquez sur "Abonnez-vous",remplissez le formulaire d'abonnement au nom et à l'adresse de la personne à laquelle vous souhaitez faire plaisir et payez l'abonnement en ligne (paiement sécurisé par PayPal).


Marines du Monde

Lu sur www.lanouvellerepublique.fr

Sept membres de cette unité d'élite des forces spéciales de la marine américaine, consultants sur le jeu vidéo "Medal of Honor: Warfighter", ont été sanctionnés par leur hiérarchie pour avoir divulgué des "informations classifiées".

On ne plaisante pas avec le "secret défense" à l'US Navy. Sept membres des Navy Seals, les forces spéciales de la marine américaine, ont été sanctionnés pour "manquement au devoir" et "divulgation d'informations classifiées" pour leur contribution au jeu vidéo Medal of Honor : Warfighter, sur lesquels ils étaient consultants.


Marine Nationale

Embarquement à bord du Terrible, l'un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) qui assure la permanence à la mer de la dissuasion nucléaire française.


Géopolitique

La 13e flotte d'escorte envoyée par la marine de l'Armée populaire de libération (APL) a quitté la Chine le vendredi 9 novembre dernier pour des missions d'escorte dans le golfe d'Aden et les eaux somaliennes. Cette flotte a levé l'ancre depuis un port de Zhanjiang, dans la province méridionale du Guangdong, et remplacera la 12e flotte d'escorte actuellement en mission au large de la Somalie.

Elle est composée des frégates Huangshan et Hengyang et du navire de ravitaillement Qinghaihu, ainsi que de deux hélicoptères et de 800 soldats. Ces navires ont tous trois déjà rempli des missions d'escorte en Somalie.


Environnement

Le Xuelong, Dragon des neiges en français, brise-glace chinois de recherche scientifique, a quitté le 5 novembre dernier la ville portuaire de Guangzhou pour une expédition en Antarctique, la 29ème de la Chine dans cette région du monde.

Selon Chen Lianzeng, directeur adjoint de l'Administration océanique d'Etat, l'équipe de cette nouvelle expédition composée de 239 membres, travaillera sur 39 missions de recherche et assurera notamment la logistique des stations chinoises installées sur le continent. 


Marine Nationale

Après cinq ans de construction à Lorient, la FREMM (frégate multimissions) Aquitaine a pris la mer, le mardi 6 novembre, pour rejoindre Brest, son futur port d'attache. Les derniers essais de systèmes de ce navire dont la construction a débuté en mars 2007, vont se poursuivre avant la fin de l'année 2012.

Menée par son équipage de conduite de la Marine nationale, l'Aquitaine a célébré son départ de Lorient en tirant vingt-et-un coups de canon, comme le veut la tradition. Ce navire de combat de nouvelle génération sera livré à la Marine nationale dans les prochaines semaines. Mise en œuvre par un équipage réduit de 108 marins, la FREMM a été conçue pour mener à bien des missions polyvalentes de défense anti-aérienne, de lutte anti-surface et de lutte anti-sous-marine.


Industrie de défense

Le salon Euronaval qui s'est tenu au Bourget du 22 au 26 octobre dernier est devenu le rendez-vous incontournable du secteur maritime militaire avec une hausse importante des participants. En 2010, 76 délégations étrangères avaient foulé les stands. En 2012, ce sont 85 délégations qui sont venues, avec 370 exposants et près de 35 000 visiteurs. Ces chiffres traduisent l'importance croissante de ce salon et le positionne en première place. C'est donc un atout, tant pour les industriels que pour la défense française. En effet, c'est bien la synergie DGA - Marine nationale – industriels et équipementiers qui permet à l'industrie navale française d'être le premier exportateur d'armement, devant l'aéronautique et l'armement terrestre.

Ce constat est également le reflet de la maritimisation croissante de la « planète bleue ». Paradoxalement, derrière ce terme, se reflète une réalité déjà ancienne mais qui visiblement était peu perçue par les faiseurs d'opinion. Il serait en effet très réducteur de croire que ce phénomène est récent. Bien au contraire, il est la résultante d'une évolution géographique, stratégique, économique, commerciale, ... qui a débuté il y a de nombreuses décennies. Aujourd'hui, près de 90 % des marchandises transportées dans le monde le sont par voie maritime.


Géopolitique

Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, a poursuivi ce lundi 5 novembre à Brasilia sa visite au Brésil commencée la veille par une rencontre avec des industriels français de la défense, à Rio. Cette visite marque une étape importante entre le sommet de Rio + 20 (qui s'est tenu du 20 au 22 juin derniers) et la visite attendue de la présidente brésilienne, Dilma Roussef, en décembre prochain à Paris.

A l'occasion d'un déjeuner, le 4 novembre, autour de représentants des principaux groupes français installés au Brésil, le ministre a pu mesurer la qualité du partenariat stratégique qui lie le Brésil et la France, notamment en matière d'hélicoptères et de sous-marins, partenariat que la France souhaite poursuivre et approfondir dans le domaine de la défense et de la sécurité. Le ministre a rencontré son homologue le ministre de la Défense brésilien, Celso Amorim, à l'occasion d'un entretien et d'un déjeuner de travail.