11 navires gouvernementaux chinois autour d’îles japonaises contestées

“Vers 16H30 (07H30 GMT), 10 navires de surveillance ont été repérés à la limite des eaux autour de l’île Uotsuri”, a indiqué un porte-parole des garde-côtes, selon lequel un onzième navire du service de contrôle des pêches est arrivé dans la même zone un peu plus tôt.

Aucun des bateaux n’est entré dans les eaux territoriales autour de ces îles contrôlées par le Japon, a-t-on précisé de même source.

La décision mardi dernier du gouvernement japonais de nationaliser ces îles avait mis le feu aux poudres côté chinois.

Depuis plusieurs semaines, les deux pays se livrent à des démonstrations intransigeantes autour du petit archipel, situé à environ 200 km à l’est des côtes de Taïwan, qui le revendique également, et à 400 km à l’ouest de l’île d’Okinawa (sud du Japon).

Suite à l’achat de trois des îles par le Japon à leur propriétaire privé japonais, Pékin avait envoyé six navires similaires autour des îles Diaoyu, leur nom chinois, les Senkaku pour le Japon.

Parallèlement démarrait dans tout le pays une série de manifestations anti-japonaise, parfois violentes. Le week-end dernier, Tokyo a demandé à Pékin d’assurer la sécurité de ses ressortissants.

Evoquant ce différend territorial, le ministre chinois de la Défense, le général Liang Guanglie, a averti mardi que Pékin se réservait “le droit de prendre des mesures supplémentaires”.

“Evidemment, une fois dit cela, nous espérons toujours une solution pacifique et négociée”, a toutefois ajouté le ministre à l’issue d’une rencontre avec son homologue américain Leon Panetta.

Il était interrogé sur un éventuel recours à la force.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE