mo sphyrna logo
Actualités en direct (AFP)

Législatives à Maurice: dépouillement en cours, résultats attendus dans la journée


Port-Louis (Île Maurice), 8 nov 2019 (AFP) -

Les opérations de dépouillement étaient en cours vendredi matin sur l'île Maurice au lendemain des élections législatives qui ont enregistré une solide participation et doivent déterminer qui gouvernera cet archipel de l'océan Indien pour les cinq prochaines années, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le taux de participation à cette élection qui s'est globalement déroulée dans le calme s'élève à 76,84%, a indiqué à la presse le commissaire électoral Irfan Rahman, "un taux légèrement plus élevé que celui enregistré lors des élections générales organisées en décembre 2014" (74,11%).

Fait inhabituel à Maurice, 6.813 personnes n'ont pas pu voter, leur nom ne figurant pas sur les registres, a précisé jeudi soir Me Désiré Basset, membre de la commission électorale. Ce nombre représente 0,72% des électeurs.

M. Basset a expliqué que ces électeurs ne s'étaient pas inscrits sur les listes en dépit de l'importante campagne de sensibilisation menée par la commission électorale.

Dès la fin des opérations de vote jeudi soir, les urnes ont été scellées et transférées dans des salles sécurisées des 21 circonscriptions (20 sur l'île Maurice, une à Rodrigues située 600 km plus à l'est). Vendredi matin, ces urnes ont été ouvertes en présence des candidats, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les résultats définitifs devraient être connus d'ici à la fin de la journée, mais il n'est pas impossible qu'un des leaders des trois blocs en lice reconnaisse sa défaite plus tôt.

L'élection a mobilisé, comme en témoigne le taux de participation, et cet engouement s'explique sans doute par le fait que le scrutin mettait aux prises trois blocs électoraux au lieu de deux habituellement.

Le Premier ministre sortant, Pravind Jugnauth, à la tête de l'Alliance Morisien (AM, centre droit), cherche à obtenir l'onction populaire après avoir hérité de son poste en 2017 sans passer par les urnes.

Son père Anerood Jugnauth, un cacique de la vie politique mauricienne, avait alors choisi de passer la main et Pravind Jugnauth avait été désigné Premier ministre en tant que chef du Mouvement socialiste mauricien (MSM), le principal parti de la coalition au pouvoir.

Face à lui, l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam (1995-2000 et 2005-2014), dont le père Seewoosagur fut lui aussi chef du gouvernement (entre 1968 et 1982), tente de reprendre le pouvoir en tant que chef du Parti travailliste (PTr), à la tête de l'Alliance nationale, de centre gauche.

Enfin, une autre figure de la vie politique mauricienne, Paul Bérenger, seul non Hindou à avoir été Premier ministre depuis l'indépendance (2003 à 2005), a décidé de faire cavalier seul avec son Mouvement militant mauricien (MMM).

Les électeurs mauriciens élisent 62 députés au suffrage universel direct et la Commission électorale nomme ensuite huit députés parmi les non-élus ayant obtenu les meilleurs scores, un système mis en place afin de rééquilibrer la répartition des sièges entre partis et communautés.