marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Fret: SNCF Réseau et Voies navigables de France s'allient face à la route


Lille, 25 jan 2021 (AFP) -

SNCF Réseau et Voies navigables de France (VNF) ont signé lundi à Lille une convention destinée à favoriser la complémentarité entre les modes ferroviaire et fluvial pour le transport de fret, face à la route.

"Notre ambition commune, c'est de nous appuyer l'un l'autre pour favoriser le plus qu'il est possible le transfert modal" de la route vers le rail et le fluvial, a résumé Thierry Guimbaud, le directeur général de VNF.

"Il y a de vrais terrains où l'on peut jouer l'alternative intelligemment ensemble", a-t-il ajouté avant la signature de la convention.

"C'est une demande très, très forte du marché en ce moment d'étudier des solutions de type ferroviaire et fluvial", bien plus respectueux de l'environnement, a souligné Isabelle Delon, directrice générale ajointe clients et services chez SNCF Réseau.

"Il n'y a rien de pire que d'avoir une demande qui ne pourrait être satisfaite faute de propositions concrètes", a-t-elle relevé.

Les deux entités publiques entendent "fixer un cadre partenarial de réflexion et d'actions", visant en particulier à faire des études de marché pour identifier les complémentarités, travailler au développement d'une offre commerciale alliant trains et péniches, et de communiquer ensemble auprès des chargeurs et logisticiens.

Un des premiers chantiers va consister à "cartographier finement les complémentarités entre les deux modes, pour les flux existants comme pour les flux potentiels à développer", ont expliqué SNCF Réseau et VNF lundi.

Il va notamment s'agir de développer les interconnexions, de désigner des terrains appartenant à la SNCF à proximité de voies d'eau, en fonction des besoins des filières industrielles utilisatrices.

Les deux partenaires vont aussi échanger sur les arrêts de circulation sur leurs réseaux, "afin de proposer dans la mesure du possible des solutions de substitution" chez le voisin.

La voie ferrée assure actuellement 9% du transport de marchandises en France, et le fluvial 3%, le restant étant réalisé par la route.

La convention signée lundi ne prévoit pas d'engagement financier à ce stade, et elle exclut clairement la constitution d'une coentreprise.

"On n'est pas sur des grands investissements. On va commencer par des choses concrètes et pragmatiques, tout de suite", a noté Mme Delon. "Sans avoir une ambition démesurée, avec des méthodes assez simples."

Les deux partenaires doivent décliner leur collaboration au niveau régional, avec pour commencer la signature d'un accord dans la vallée de la Seine.