marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Les baleiniers norvégiens ouvrent la saison de la chasse avec trois prises


OSLO, 2 mai 2012 (AFP) -

Les chasseurs de baleines norvégiens ont harponné leurs trois premières baleines de l'année, près d'un mois après l'ouverture de cette chasse très controversée, a-t-on appris mercredi auprès de l'organisation norvégienne de distribution des produits de la pêche, Norges Raafisklag.

"Trois baleines ont été prises dimanche au large de l'île aux Ours" dans l'océan Arctique, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'organisation pour l'archipel du Lofoten, Per Rolandsen.

La saison de chasse à la baleine s'est ouverte le 1er avril en Norvège et doit durer jusqu'au 31 août, mais M. Rolandsen a expliqué que les mauvaises conditions météorologiques avaient obligé les navires à se consacrer jusque-là à d'autres types de pêches.

La Norvège a reconduit cette année les quotas de chasse à la baleine en vigueur en 2011, autorisant ses baleiniers à harponner 1.286 rorquals malgré leurs difficultés persistantes à atteindre le nombre permis de prises.

En 2011, les 19 navires ayant pris part à la chasse, contre 33 dix ans plus tôt, ont tué 533 baleines au total.

Selon M. Rolandsen, le problème ne vient pas du quota qui serait trop élevé, mais de la difficulté à vendre la viande de baleine.

"Nous espérons que la vente sera meilleure cette année et que les Norvégiens consommeront plus de viande de baleine", a-t-il dit, en reconnaissant que 18 des 20 bateaux inscrits pour la chasse à la baleine cette saison allaient vraisemblablement y prendre part.

La Norvège et l'Islande sont les deux seul pays au monde à pratiquer une chasse commerciale au petit rorqual (ou baleine de Minke), en dépit d'un moratoire international entré en vigueur en 1986 mais auquel les deux pays ne s'estiment pas liés, ayant émis des réserves officielles à l'égard du texte.

Le Japon pratique aussi la chasse mais officiellement à des fins scientifiques, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.