marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Exercice grandeur nature avec avions et missiles pour la sécurité des JO


LONDRES, 02 mai 2012 (AFP) -

Quatre avions de chasse sont arrivés mercredi sur une base aérienne de l'ouest londonien, une première depuis la Deuxième guerre mondiale, pour participer à huit jours d'exercices pour tester la sécurité au moment des jeux Olympiques cet été à Londres.

L'exercice "Olympic Guardian" va se traduire par une activité aérienne inhabituelle au dessus de la capitale, a expliqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

"Il est probable que les gens percevront une activité aérienne accrue", notamment les 5 et 6 mai.

"Bien qu'il n'y ait pas de menace spécifique sur les Jeux, nous devons être prêts" à toute éventualité, a expliqué le ministre de la Défense Philip Hammond.

L'exercice vise notamment à tester la réponse de l'aviation à une intrusion dans l'espace aérien, soumis à des restrictions pendant la période des Jeux (27 juillet-12 août).

Outre les Eurofighters, des hélicoptères seront stationnés autour de la capitale, dont certains à bord du navire de guerre HMS Ocean sur la Tamise tandis que d'autres transporteront des tireurs susceptibles d'intercepter des appareils intrus.

Au sol, la Royal Air Force prévoit de déployer des radars, et l'armée des missiles, qui pourraient être installés sur le toit d'immeubles. "Une décision finale sur le déploiement de ces capacités doit encore être prise par le gouvernement", ajoute prudemment le communiqué.

La presse s'est faite l'écho ces derniers jours d'inquiétudes d'habitants autour du site olympiques devant la perspective d'avoir des batteries de missiles installées sur leurs habitations.

Cet exercice a lieu du 2 au 10 mai à Londres et dans le secteur de Weymouth, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui accueillera des épreuves de voile pendant les Jeux.

Le dispositif de sécurité des Jeux est le plus important depuis l'après-guerre avec plus de 40.000 militaires, policiers, agents de sécurité privés et bénévoles mobilisés pour protéger la capitale, avec l'appui d'un vaste réseau de renseignement.