marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Des armes circulent entre la Syrie et le Liban, selon un émissaire de l'ONU


NEW YORK (Nations unies), 8 mai 2012 (AFP) -

Les Nations unies ont reçu des informations selon lesquelles il existerait un trafic d'armes entre la Syrie et le Liban, a indiqué mardi à New York l'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient.

Pour Terje Roed-Larsen, le Moyen-Orient est actuellement le théâtre d'une "danse de la mort" en pleine expansion, en raison de la crise en Syrie où le régime du président Bachar al-Assad réprime depuis plus d'un an des révoltes populaires.

"D'après nos informations, il y a des raisons de penser qu'un flux d'armes circule dans les deux directions, du Liban vers la Syrie, et de la Syrie vers le Liban", a déclaré l'envoyé de l'ONU devant des journalistes, après une réunion du Conseil de sécurité sur la situation au Liban.

"Nous n'avons pas d'observateurs indépendants (pour confirmer ces faits) mais nous fondons nos propos sur des informations reçues de différentes sources", a précisé M. Roed-Larsen, sans donner plus de précisions.

Le 28 avril, la marine libanaise avait intercepté trois conteneurs remplis d'armes destinées aux forces rebelles syriennes sur un navire en provenance de Libye. La cargaison comprenait aussi des armes lourdes dont des lance-roquettes et des mitrailleuses, selon un responsable de la sécurité.

M. Roed-Larsen, représentant spécial de l'ONU pour la résolution 1159 du Conseil de sécurité, qui avait été adoptée en 2005 et appelait la Syrie à retirer ses forces du Liban, observe un danger grandissant au Moyen-Orient.

"Ce que nous voyons à travers la région est une danse de la mort qui est à deux doigts de se transformer en guerre", a-t-il soulevé.

"Si vous regardez la Syrie, qui est la région la plus à même de basculer, cela rappelle la situation au Liban et dans les pays voisins dans les années 1970. Et c'est ce que je redoute", a lancé le diplomate.

Il a ajouté qu'une véritable "incertitude" demeurait quant à l'avenir dans cette région mais qu'il était vital que le Conseil de sécurité se tienne prêt à prendre des actions.

Il existerait plus de 24.000 réfugiés syriens au Liban selon l'ONU, 30.000 selon les militants.