marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

La lutte anti-piraterie porte ses fruits au large du Mozambique (ministre)


MAPUTO, 16 mai 2012 (AFP) -

Les efforts conjoints du Mozambique, de l'Afrique du Sud et de la Tanzanie pour lutter contre la piraterie maritime dans l'océan Indien sont payants, ont souligné mercredi des représentants des trois pays, lors d'une réunion à Maputo.

"Nous constatons en ce moment une tendance (de la piraterie) à la baisse. Nous espérons que cette tendance va se poursuivre, mais si elle devait repartir à la hausse, nous voulons être en mesure d'améliorer la qualité de notre réaction", a déclaré à l'AFP le ministre mozambicain de la Défense, Filipe Nyusi.

Les représentant des trois pays d'Afrique australe discutaient mercredi des détails d'un accord signé en février en Tanzanie, qui vise à mettre en commun leurs ressources afin de protéger leur façade maritime des pirates somaliens.

"Nous faisons participer ce que chaque pays a", a résumé le ministre mozambicain, citant des navires des trois pays aidés d'avions essentiellement sud-africains.

La marine mozambicaine ne disposant pas de bâtiment équipé pour lutter contre les pirates au large, c'est le Drakensberg SS, un ravitailleur sud-africain, qui patrouille dans le canal du Mozambique.

"Depuis notre intervention dans cette partie du monde, nous avons vu revenir les pêcheurs", a noté le chef de la marine sud-africaine, le vice-amiral Refiloe Mudimo.

Représentant la Tanzanie, le major-général Said Omar n'a pas voulu dire quelles forces son pays avait mises en action, mais a déclaré qu'elles avaient récemment réussi à contrer une attaque de pirates dans ses eaux.

"Nous avons des navires, et nous travaillons", a-t-il dit à l'AFP.

La dernière attaque par des pirates somaliens dans les eaux mozambicaines remonte à 2010. Des pirates avaient alors saisi un navire de pêche avec 14 membres d'équipage à bord, qui avaient finalement été sauvés par la marine indienne.

Le gouvernement mozambicain est d'autant plus préoccupé par le danger de la piraterie au large de ses côtes que d'importantes découvertes de gaz naturel y ont été récemment faites.

Lors d'une visite à Londres début mai, le président mozambicain Armando Guebuza a estimé que le piratage risquait de mettre en danger les perspectives économiques du pays.