marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Pêche et protection des dauphins : l'OMC donne raison en appel au Mexique


GENEVE, 16 mai 2012 (AFP) -

L'OMC a donné raison en appel au Mexique dans un différend qui l'oppose depuis de longues années aux Etats-Unis concernant les exportations de thon limitées par Washington au nom de la protection des dauphins.

Dans le jugement d'appel, publié mercredi à Genève, l'OMC relève que le fait que les Etats-Unis imposent une étiquette "Dolfin Safe" sur les boîtes de thon dont les conditions de pêche ne nuisent pas aux dauphins, est un élément qui "modifie les conditions de concurrence sur le marché des Etats-Unis au détriment des produits de thon mexicains".

En conséquence, l'OMC demande aux Etats-Unis de rendre leur réglementation "conforme" aux obligations qu'elle a fixées.

"C'est une grande victoire pour le Mexique", a déclaré à l'AFP M. Fernando de Mateo, ambassadeur du Mexique auprès de l'OMC. "Nos produits étaient discriminés, les gens ne les achetaient pas car ils ne portaient pas l'étiquette +Dolfin Safe+", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis avaient argué pour leur part que cet étiquetage permettait de distinguer les produits issus d'une pêche respectant les dauphins et autres espèces protégées.

Selon l'ambassadeur mexicain, les Etats-Unis voulaient interdire par le biais de cet étiquetage la présence sur leurs étals de thon pêché au large des côtes mexicaines dans des conditions spécifiques qu'ils jugent nuisibles aux dauphins. Pourtant, "le risque de tuer un dauphin par cette méthode est égal à zéro", a-t-il affirmé.

Grâce à cette décision, le Mexique espère avoir accès "rapidement" au marché nord-américain du thon en boîte, qui représente "des milliards de dollars".

"Nous vendons déjà du thon en boîte aux Etats-Unis, mais seulement aux Mexicains présents là-bas et qui ont le mal du pays et veulent consommer les produits qu'ils aiment", a-t-il encore indiqué.

Le conflit entre les Etats-Unis et le Mexique est plus vieux que l'OMC, car il a été porté pour la première fois devant son prédécesseur, le GATT en 1991.

En première instance, l'OMC avait estimé le 15 septembre 2011 que l'étiquettage "Dolfin safe" n'était pas discriminatoire envers le Mexique, mais qu'il était plus restrictif que nécessaire pour atteindre son objectif, la protection des dauphins.

Les Etats-Unis et le Mexique avaient tous les deux fait appel de cette décision, qu'ils estimaient insatisfaisante.

Aucune réaction n'était disponible côté américain mercredi soir, suite à cette décision d'appel.