marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Vietnam: l'ex-PDG d'un groupe public de transport maritime recherché (média)


HANOI, 20 mai 2012 (AFP) -

La police a émis un mandat d'arrêt contre l'ex-PDG en fuite du groupe de transport maritime vietnamien Vinalines, a indiqué la presse officielle dimanche, dans un scandale qui frappe de nouveau le secteur public du pays communiste, aussi omniprésent que déficitaire.

Duong Chi Dung, 55 ans, à la tête de Vinalines de fin 2005 à février dernier, est accusé de "violations intentionnelles des règlements de l'Etat en matière de gestion économique ayant eu de graves conséquences", a précisé le quotidien Tuoi Tre, citant la police.

La presse officielle avait annoncé vendredi son arrestation, mais selon Tuoi Tre, la police avait perquisitionné son domicile et son bureau sans le trouver, réalisant alors qu'il avait pris la fuite.

L'ancien directeur général du groupe Mai Van Phuc, 54 ans, et l'ancien directeur général adjoint Tran Huu Chieu, 60 ans, ont eux été arrêtés jeudi, a ajouté Tuoi Tre.

Les inspecteurs du gouvernement estiment que Vinalines, qui exploite une flotte de pétroliers, de porte-conteneurs et d'autres navires, a fait défaut sur des dettes de plus de 1,1 milliard de dollars.

Le trio est accusé d'avoir causé d'énormes pertes notamment en achetant 73 navires étrangers pour la plupart d'occasion et en mauvais état.

Quatre autres anciens responsables de Vinalines avaient été arrêtés précédemment dans cette enquête, selon Tuoi Tre, citant des sources policières.

L'affaire fait suite à la condamnation en mars de neuf anciens cadres du géant public de la construction navale Vinashin, qui ont écopé de peines allant jusqu'à 20 ans de détention, après l'enregistrement de dettes record de plus de 4 milliards de dollars.

La quasi-banqueroute de Vinashin en 2010 avait durablement entamé l'image du pays communiste sur la scène internationale. Elle avait souligné les difficultés du secteur public national, qui joue un rôle dominant mais ne parvient pas à se défaire des logiques improductives de l'économie socialiste.

Certains projets déficitaires de Vinashin avaient d'ailleurs été transférés à Vinalines qui, selon certains experts, était elle-même déjà lourdement endettée et mal préparée pour les redresser.