marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

La Turquie veut inculper des militaires israéliens pour un abordage en 2010


ANKARA, 23 mai 2012 (AFP) -

Un procureur turc a requis des peines de prison à perpétuité pour quatre anciens commandants de l'armée israélienne accusés d'être impliqués dans la mort de neuf militants turcs favorables à la cause palestinienne pendant l'abordage de leur bateau en 2010, rapporte mercredi l'agence de presse Anatolie.

L'acte d'accusation d'un procureur d'Istanbul, qui doit encore être approuvé par un tribunal, concerne l'assaut donné le 31 mai dans les eaux internationales par des commandos israéliens contre le Mavi Marmara, navire amiral d'une flottille d'aide humanitaire qui tentait de rallier Gaza, sous blocus israélien.

Le document met en cause l'ancien chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Gabi Ashkenazi, et trois autres officiers de haut rang de l'époque et réclame pour chacun d'eux la peine de prison à vie neuf fois (une fois par victime), selon l'agence officielle Anatolie.

Le procureur turc s'appuie sur les témoignages de près de 600 personnes, dont 490 passagers de la flottille, qui comptait six bateaux, et des proches des victimes.

Selon l'acte d'accusation de 144 pages, les soldats israéliens ont fait un usage largement disproportionné de la force contre les militants pro-Palestiniens.

"On ne peut parler de défense légitime en utilisant des armes perfectionnées et en mitraillant des gens qui brandissaient des fourchettes, des cuillères ou des hampes de drapeau", souligne le document, cité par l'agence.

En septembre dernier, le rapport Palmer de l'ONU avait jugé "excessive" et déraisonnable cette intervention militaire, mais avait considéré comme étant légal le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza.

Cette affaire avait provoqué une grave crise diplomatique entre la Turquie et Israël, autrefois alliés. Ankara a abaissé sa représentation diplomatique dans l'Etat hébreu, suspendu la coopération militaire et expulsé l'ambassadeur d'Israël.

Israël refuse de présenter des excuses à la Turquie et exclut que ses militaires soient jugés.