marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Morano demande la "démission immédiate" de Montebourg, condamné pour injure


PARIS, 23 mai 2012 (AFP) -

L'ancienne ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano, a demandé mercredi sur BFMTV "la démission immédiate" du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, condamné pour injure par le Tribunal de grande instance de Paris.

"Je demande la démission immédiate de monsieur Montebourg au regard du principe édicté par (François) Hollande qui avait dit aux Français qu'il ne s'entourait pas de personnes ni jugées ni condamnées" en avril lors de la campagne, a dit Mme Morano, soulignant que le candidat socialiste à l'Elysée s'était alors "érigé en +père la vertu+".

M. Hollande s'était engagé à ce que personne "autour de lui à l'Elysée", et donc a fortiori au gouvernement, n'ait été "jugé et condamné", une promesse répétée à plusieurs reprises.

Mme Morano énumère: "Voilà que le Premier ministre de la France, qui a été choisi, a été condamné en 1997 pour délit de favoritisme. Voilà aujourd'hui que M. Montebourg, dont on sait qu'il est un expert dans les excès de langage, vient d'être condamné aujourd'hui par la justice pour avoir injurié les dirigeants de SeaFrance."

"Que M. Montebourg montre l'exemple au regard de la charte déontologique d'exemplarité qui a été signée" en démissionnant, a encore demandé la députée de Meurthe-et-Moselle.

La charte déontologique, signée par les membres du gouvernement le 17 mai lors du premier conseil des ministres, ne contient pas de mention concernant une éventuelle condamnation.

"Même s'il a fait appel, les propos tenus à l'encontre des dirigeants de SeaFrance sont en train de prendre une tournure judiciaire qui met M. Montebourg dans une situation inacceptable au regard de sa mission et de ses relations avec ses principaux interlocuteurs que sont les chefs d'entreprises", ajoute Mme Morano dans un communiqué.

"La condamnation en première instance d'un des membres (du gouvernement), une semaine après son entrée en fonction, porte une atteinte grave à la crédibilité de la parole du président de la République", écrit encore cette figure de l'ancien gouvernement.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a condamné mercredi à un euro de dommages et intérêts le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg pour avoir publiquement injurié en 2011 les anciens membres de la direction de SeaFrance, une compagnie de ferries.