marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Le ton monte entre Madrid et Gibraltar autour d'un conflit sur les pêcheurs


MADRID, 24 mai 2012 (AFP) -

Le gouvernement de Gibraltar a dénoncé jeudi une "provocation orchestrée" après un incident entre la police du territoire britannique et la garde civile espagnole qui protégeait des bateaux de pêcheurs, Madrid s'élevant contre toute "intimidation ou humiliation".

Cet incident qui ravive une dispute concernant la souveraineté sur le territoire revendiqué par l'Espagne, est intervenu lorsque plusieurs bateaux de la police de Gibraltar ont entouré mercredi trois bateaux de pêche espagnols.

Lors de manoeuvres, un bateau de la garde civile et un autre de la police de Gibraltar se sont touchés sans subir de dommages.

"Mais cela illustre les dangers que ce type d'incidents génère", a affirmé la police de Gibraltar dans un communiqué.

Les bateaux espagnols ont fini par quitter la zone après l'arrivée d'un navire de la Royal Navy.

Le gouvernement de Gibraltar a condamné l'incident qualifié de "provocation orchestrée".

"Ceux qui orchestrent ces confrontations dangereuses doivent revenir à la raison et accepter, une fois pour toutes, de présenter leurs revendications sur notre territoire devant les tribunaux internationaux compétents", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Sur un ton tout aussi ferme, le ministre de l'Intérieur espagnol Jorge Fernandez Diaz a martelé que Madrid continuerait à protéger ses pêcheurs dans la zone. "Nous n'allons accepter aucune intimidation ni humiliation", a-t-il affirmé à la presse.

Un accord de 1999 permet aux pêcheurs espagnols de lancer leur filets à plus de 225 mètres des côtes mais le nouveau gouvernement de Gibraltar a durci sa politique et défend l'application d'une loi de 1991 qui interdit la pêche dans la zone.

Signe d'une tension entre Madrid et Londres, la reine Sofia d'Espagne a annulé une visite à Londres où elle devait assister au jubilé de diamant de la reine d'Angleterre Elizabeth II.

Le territoire de Gibraltar a été cédé en 1713 par l'Espagne à la Grande-Bretagne aux termes du Traité d'Utrecht. Madrid réclame depuis longtemps le retour de l'enclave sous sa souveraineté, ce que Londres refuse en faisant valoir l'opposition de la population locale à une telle mesure.

"La position du Royaume-Uni sur la question de la souveraineté n'a pas changé et ne changera pas", a assuré dans un communiqué le secrétaire d'Etat britannique en charge de l'Europe David Lidington, après avoir réitéré la position de Londres aux autorités de Gibraltar.

"Le Royaume-Uni n'acceptera jamais des accords qui conduiraient la population de Gibraltar à passer sous la souveraineté d'un autre Etat contre son gré", a-t-il souligné.