marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Transport maritime: excédent d'offre et coût du pétrole pèsent sur les marges (Moody's)


PARIS, 31 mai 2012 (AFP) -

Les marges du secteur du transport maritime sont sous pression à cause de la persistance d'une offre de navires supérieure à la demande et des cours du pétrole, a estimé jeudi l'agence de notation Moody's, qui place le secteur sous perspective négative pour les 12 à 18 prochains mois.

"Nous anticipons une baisse de 5% à 10% du résultat brut d'exploitation (Ebitda) cumulé pour l'industrie mondiale du transport maritime en 2012", a indiqué Marco Vetulli, vice-président de Moody's et auteur d'un rapport publié jeudi sur ce secteur, cité dans un communiqué.

"L'incertitude en ce qui concerne l'ampleur et la durée de la récession dans la zone euro et le regain de tensions géopolitiques dans le Golfe persique menacent le secteur d'un repli plus marqué", a-t-il poursuivi.

L'agence de notation précise que pour attribuer une perspective "stable" au secteur, il faudrait qu'elle entrevoit des signes d'une meilleure concordance entre l'offre et la demande dans les 12 à 18 prochains mois.

Selon elle, l'offre ne devrait pas excéder la demande de plus de 2% ou la demande ne devrait pas excéder l'offre de plus de 2% également. Et l'évolution de l'Ebitda cumulé du secteur devrait se trouver dans une fourchette de -5% à +10%.

"Mais Moody's estime que ces configurations sont peu vraisemblables à l'heure actuelle, étant donné l'excédent de l'offre de navires", a relevé le communiqué.

L'agence estime que les segments cargos et pétroliers devraient être les plus affectés par ce problème d'excédent en 2012, "ce qui nuira à leur capacité d'améliorer significativement leurs recettes".

Elle relève que les tarifs dans le transport de conteneurs se sont repris depuis le mois de mars dernier, mais Moody's "ne s'attend pas à une forte amélioration des revenus de ce secteur sur l'ensemble de l'année".

Selon elle, les compagnies japonaises devraient être moins affectées par la tendance négative du secteur grâce "à leur envergure, leur diversification (y compris leurs flottes alimentées au gaz naturel liquéfié) et leurs solides relations avec leurs clients".