marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Grèce: la marine marchande mondiale tient salon à Athènes du 4 au 8 juin


ATHENES, 4 juin 2012 (AFP) -

Le salon biennal Posidonia, le plus grand événement mondial de la marine marchande, a ouvert ses portes lundi soir dans la banlieue d'Athènes, sur fond de conjoncture mondiale morose et d'inquiétudes grandissantes sur l'avenir de la Grèce dans la zone euro.

L'édition 2012, qui réunira jusqu'au 8 juin quelque 1.870 entreprises issues de 87 pays, s'ouvre dans un climat économique mondial difficile qui pèse sur la marine marchande grecque, la première au monde, dont les bénéfices ont baissé de 8,6% en 2011, à 14 milliards d'euros, selon l'Union des armateurs grecs (EEE).

"Les armateurs grecs ne sont pas directement affectés par le crise grecque car leur activité est internationale. En revanche, le crise mondiale a un impact sur l'industrie", a expliqué à l'AFP l'organisateur du salon, Théodore Vokos.

Selon lui, "les principaux problèmes du secteur sont la baisse des volumes transportés en raison de la récession et l'excès d'offres de bateaux, qui tombe à un mauvais moment".

Parmi les exposants, les chantiers navals chinois seront massivement représentés au salon Posidonia. Selon les statistiques officielles grecques, 76% des quelque 2.000 navires de marine marchande battant pavillon grec ont été construits en Chine et en Corée du sud.

Le Premier ministre par intérim Panayiotis Pikrammenos qui a assisté à l'ouverture du salon a appelé les armateurs grecs "à soutenir leur patrie qui traverse des moments difficiles".

"La Grèce a plus que jamais besoin de nouveaux investissements, de nouveaux emplois et de liquidités et vous, les gens de la marine marchande, vous pourriez y contribuer", a indiqué M. Pikrammenos.

La flotte détenue par les armateurs grecs comprend elle 3.325 bateaux (de plus de mille gigannées), soit 227 millions de tonnes de port en lourd (dwt), et représente près de 15% du tonnage mondial en dwt.

Principal moteur de l'économie grecque avec le tourisme, la marine marchande représente environ 5% du PIB du pays mais sa contribution directe à l'emploi reste modeste car les marins sont aujourd'hui en majorité issus des pays en voie de développement.

"Entre 2000 et 2011, les recettes de la marine marchande grecque ont atteint 154 milliards d'euros, presque la moitié de la dette grecque (à 365 milliards d'euros avant sa restructuration)", a rappelé M. Pikrammenos.

Il a toutefois déploré que "la moitié de ces 154 milliards aient été transférés à l'étranger (...)". "Il est nécessaire d'élaborer une politique pour retenir ces devises en Grèce", a souligné M. Pikrammenos.

A l'heure où la Grèce, écrasée par le poids de la dette, se voit forcée d'imposer à la population une puissante cure de rigueur, les armateurs nationaux, qui bénéficient de multiples exemptions fiscales, sont régulièrement montrés du doigt.

Nommé après l'échec de la formation d'un gouvernement de coalition lors du scrutin du 6 mai qui n'a donné la majorité à aucun parti, le gouvernement intérimaire dirigé par M. Pikrammenos est chargé de conduire le pays à de nouvelles élections législatives le 17 juin.