marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Revue des frets maritimes: les prix reculent encore dans un marché atone


LONDRES, 6 juin 2012 (AFP) -

Les prix des transports maritimes de matières sèches comme ceux des frets pétroliers ont accéléré leur baisse la semaine dernière, dans un marché atone miné par l'aggravation de la crise en zone euro, des perspectives économiques moroses et une surabondance de l'offre de navires.

La dernière semaine de mai "a été entamée par un lundi férié aux Etats-Unis et dans de nombreux pays européens", pour lequel de nombreux opérateurs étaient absents, "et le marché a ensuite eu de mal à redémarrer, avec un nombre très limité de nouvelles requêtes de frets" aussi bien dans l'Atlantique que dans le Pacifique", ont souligné les analystes de l'agent maritime Fearnleys.

L'indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des tarifs pratiqués sur 24 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a ainsi terminé vendredi à 904 points, son plus bas niveau depuis le 22 mars contre 1.034 points une semaine auparavant.

La catégorie des Panamax, navires adaptés aux dimensions du canal de Panama, était nettement pénalisée: le Baltic Panamax Index (BPI), qui comporte sept routes - la plupart pour les céréales -, a fini vendredi à 897 points, au plus bas depuis deux mois et demi, contre 1.083 points sept jours plus tôt, soit un plongeon hebdomadaire d'environ 17%.

"Les cargaisons de céréales depuis l'Amérique du sud avaient dynamisé le marché des frets les semaines précédentes, mais les prix retombent" car il y a maintenant un nombre accru de navires disponibles dans l'Atlantique alors que les volumes transportés sont en baisse, ont noté les experts de Fearnleys.

Le Baltic Capesize Index (BCI), qui compile les tarifs des "Capesize" - navires que leur taille imposante oblige à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance, a pour sa part clôturé vendredi à 1.298 points, un niveau plus vu depuis février 2011, contre 1.424 points le vendredi précédent.

De leur côté, les tarifs des frets pétroliers ont creusé leurs pertes, également plombés par la surabondance de navires disponibles face à une demande en berne.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a fini vendredi à 699 points, son plus bas niveau depuis septembre 2011, contre 733 points, une semaine auparavant.

L'indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur cinq routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a quant à lui fini à 602 points, un niveau plus vu depuis novembre 2010, contre 609 points le vendredi précédent.

Les frets pétroliers devraient rester affectés négativement par les problèmes d'excédent de l'offre en 2012, "ce qui nuira à la capacité (des propriétaires) d'améliorer significativement leurs recettes", a estimé l'agence de notation Moody's dans un rapport publié le 31 mai.

Elle a placé l'ensemble du secteur du transport maritime sous perspective négative pour les 12 à 18 prochains mois, mettant en avant "l'incertitude en ce qui concerne l'ampleur et la durée de la récession dans la zone euro et le regain de tensions géopolitiques dans le Golfe persique".