marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

La piraterie somalienne est un "fléau", selon l'avocat général au procès du Ponant


PARIS, 11 juin 2012 (AFP) -

La piraterie somalienne est "un fléau extrêmement préoccupant", a déclaré l'avocat général Bruno Sturlese lundi, au début de son réquisitoire au procès de six Somaliens jugés à Paris pour la prise d'otages du voilier Le Ponant en avril 2008.

"Ces six hommes que vous allez juger (...) ont mis gravement en péril des vies françaises, ils étaient prêts à les sacrifier pour obtenir de l'argent", a déclaré M. Sturlese devant la cour d'assises de Paris.

"Je vous demande de les juger pour le mal, la souffrance qu'ils ont fait" aux ex-otages, a-t-il ajouté.

En introduction de son réquisitoire, qui devait durer plusieurs heures, l'avocat général avait auparavant souligné que la piraterie somalienne "est un fléau extrêmement préoccupant, prenant souvent une tournure dramatique".

C'est "un phénomène de criminalité organisée qui est là pour enrichir quelques seigneurs et menace les intérêts même du peuple somalien", a-t-il poursuivi.

Les trente membres d'équipage du voilier Le Ponant avaient été pris en otages le 4 avril 2008 à l'entrée du Golfe d'Aden. Une semaine plus tard, ils étaient libérés en échange d'une rançon de 2,15 millions de dollars versée par l'armateur, filiale du groupe CMA-CGM.

Les six accusés jugés à Paris depuis le 22 mai, âgés de 25 à 50 ans, avaient été interpellés à terre quelques heures plus tard par les forces spéciales françaises, dans un 4X4 où se trouvaient des armes et une partie de la rançon.

Seul un d'entre eux reconnaît être un pirate, deux se présentant comme des ravitailleurs et trois affirmant n'être jamais montés sur le Ponant.

Le verdict est attendu jeudi.