marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Revue des frets maritimes: les prix des frets secs tentent de se ressaisir


LONDRES, 18 juin 2012 (AFP) -

Les prix des transports maritimes de matières sèches ont tenté de se reprendre la semaine dernière, dans un marché cependant toujours prudent et miné par les incertitudes économiques mondiales, tandis que les prix des frets pétroliers ont poursuivi leur repli.

L'indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des tarifs pratiqués sur 24 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a ainsi terminé vendredi à 924 points, son plus haut niveau depuis le 31 mai, contre 877 points une semaine auparavant.

Ce rebond mettait fin à trois semaines de repli prononcé.

"On a vu davantage de demande de cargaisons dans le bassin atlantique, probablement encouragé par la faiblesse des prix" pratiqués actuellement par les transporteurs maritimes, un afflux de demandes susceptible de stimuler le marché, ont estimé les experts de l'agent maritime Fearnleys.

Le Baltic Panamax Index (BPI), qui recense les prix des Panamax, navires adaptés aux dimensions du canal de Panama, sur sept routes - la plupart pour les céréales -, a fini vendredi à 1.065 points, contre 914 points, qui était son plus bas niveau depuis trois mois, une semaine plus tôt.

En revanche, le rebond du marché des frets secs restait entravé par la catégorie des plus gros navires, les "Capesize" -- navires que leur taille imposante oblige à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance --, qui "peine à remonter, en raison d'un volume très limité de la demande", selon Fearnleys.

Ces navires, la plupart du temps utilisés pour convoyer du minerai de fer et du charbon, notamment à destination de la Chine, pâtissent du ralentissement de la demande mondiale de ces matières premières, dans un environnement économique morose, et de l'assombrissement de l'économie chinoise.

Ainsi le Baltic Capesize Index (BCI), qui compile les tarifs des "Capesize", a clôturé vendredi à 1.148 points, un nouveau plus bas depuis décembre 2008, contre 1.223 points le vendredi précédent.

De leur côté, les tarifs des frets pétroliers ont continué à creuser leurs pertes.

"En dépit d'une demande soutenue pour le pétrole brut en provenance du Moyen-Orient, la surabondance de l'offre de navires disponibles pèse lourdement sur les prix des frets pour la plupart des routes (maritimes) de référence", a observé l'Agence internationale de l'Energie (AIE) dans un rapport publié mercredi.

Cependant, les tarifs des frets pétroliers pourraient profiter de l'approche de la saison estivale aux Etats-Unis, traditionnellement marquée par de grands déplacements en voiture, qui tend à doper la demande d'essence du premier pays consommateur mondiale de brut, a également estimé l'AIE.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a fini vendredi à 682 points, au plus bas depuis septembre 2011, contre 688 points une semaine auparavant.

L'indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur cinq routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a quant à lui fini à 575 points, à son plus bas niveau depuis décembre 2009, contre 588 points le vendredi précédent.