marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

STX : La CFDT revendique la construction en France de deux navires de Défense


RENNES, 19 juin 2012 (AFP) -

La CFDT du chantier naval STX France a réclamé mardi que la construction de deux bateaux rouliers pour les forces navales françaises soit réservée à des chantiers français, de préférence à une construction en Allemagne comme cela pourrait être le cas, selon le syndicat.

Les deux bateaux à construire pour des opérations extérieures proviennent d'un contrat d'exclusivité conclu entre le ministère de la Défense et l'armateur CMA-CGM dans le cadre d'un partenariat public-privé.

"C'est avec stupeur que nous avons découvert que ces navires ne seraient pas construits en France et que CMA-CGM envisageait même de les faire construire en Europe .... et en Allemagne!", s'indigne la CFDT dans un communiqué.

La CFDT réclame que "tout soit fait entre les services du ministère de la Défense et ceux de Bercy pour que ces contrats restent en France".

Le syndicat fait valoir que "le carnet de commande de STX est vide et qu'il est urgent de retrouver du travail pour les bureaux d'études et les ateliers" et que "si au niveau des prix nous ne sommes pas compétitifs avec les pays asiatiques (...) avec l'Allemagne le différentiel de prix ne doit pas être un facteur déterminant".

Il ajoute qu'"au lieu de payer les salariés du chantier au chômage partiel il vaudrait mieux consacrer cet argent à construire des bateaux" et s'interroge sur "la volonté" de la direction de STX "qui bien que consultée en 2009 et n'ayant a priori pas fourni une offre compétitive que celle-ci ne soit pas revenue à la charge par la suite, le carnet de commande déclinant".

La direction de STX n'a pu être jointe mardi. Dans une déclaration à la presse locale lundi, le directeur des ressources humaines Christophe Mabit indiquait qu'"un chantier sécialisé dans les navires à haute valeur ajoutée a très peu d'atouts pour soutenir la concurrence face à un chantier de production en série de navires très simples".

Interrogé par la commission des finances le 6 avril 2011, le général Patrick Huguet, responsable du projet d'affrètement de navires rouliers à l'Etat major des armées avait affirmé qu'"une construction en France est, sur la base des résultats des propositions initiales, de 30 à 50% plus chère qu'une construction ailleurs en Europe".

Le général avait ajouté que les navires "reviennent entre 40 et 60 millions d'euros en fonction de l'endroit où ils sont construits".

"Je serais content que les ouvriers français travaillent. Mais j'ai deux problèmes : il faut que quelqu'un me donne l'argent, et que la loi me permette de le faire", avait-il dit.

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING