marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Revue hebdo des frets maritimes: les frets secs confortent leur rebond


LONDRES, 9 juil 2012 (AFP) -

Les tarifs des transports maritimes de matières sèches ont conforté la semaine dernière le rebond entamé fin juin, portés par un regain de la demande sur le bassin Atlantique, mais les prix des frets pétroliers ont reculé, minés par une offre de navires surabondante.

L'indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des tarifs pratiqués sur 24 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a terminé vendredi à 1.157 points, son plus haut niveau depuis début mai, contre 1.004 points une semaine auparavant.

L'indice a continué de bénéficier d'une activité accrue de la catégorie des plus gros navires, les "Capesize" -- navires que leur taille imposante oblige à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance.

Le Baltic Capesize Index (BCI), indice qui compile les tarifs des "Capesize", a ainsi terminé vendredi à un niveau plus vu depuis le 23 mai, à 1.493 points, contre 1.190 points le vendredi précédent. Il a gagné plus de 30% depuis le 18 juin, date d'un record de faiblesse depuis décembre 2008 (1.138 points).

"Le marché s'est renforcé, avec de plus gros volumes d'échanges, stimulé par un solide regain de demande, majoritairement sur le bassin Atlantique", ont souligné les experts de l'agent maritime Fearnleys, indiquant cependant que les fondamentaux de l'offre et de la demande sur le marché des frets restaient "moroses".

De fait, alors que "les derniers chiffres du commerce extérieur de la Chine (premier consommateur de minerai de fer et de charbon, ndlr) montrent une récente amélioration des importations de charbon du pays", cela s'est surtout traduit par un gonflement des stocks dans les ports car la demande industrielle locale reste déprimée et n'est pas en mesure d'absorber ce surplus, a observé Shiyang Wang, analyste de Barclays Capital.

De son côté, le Baltic Panamax Index (BPI), qui comporte sept routes - la plupart pour les céréales - empruntées par des navires adaptés aux dimensions du canal de Panama, s'est ressaisi, montant vendredi à 1.129 points, au plus haut depuis le 24 mai, contre 968 points une semaine plus tôt.

De leur côté, les tarifs des frets pétroliers ont légèrement reculé, dans un marché sans élan. "Le tonnage disponible reste excessif" par rapport à une demande mondiale en berne, "et le moral des investisseurs est fragilisé à l'orée d'un été qui s'annonce très calme sur le front de la demande", ont souligné les analyste du courtier BRS.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a ainsi fini vendredi à 654 points, son plus bas niveau depuis fin novembre 2009, contre 682 points une semaine auparavant.

L'indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur cinq routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.) a quant à lui terminé à 559 points contre 565 points le vendredi précédent. Il est descendu mardi jusqu'à 558 points, un niveau plus vu depuis décembre 2009.