marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Revue des frets maritimes: nouveau repli des frets secs, sur un marché atone


LONDRES, 23 juil 2012 (AFP) -

Les tarifs des transports maritimes de matières sèches ont accusé un nouveau repli la semaine dernière, dans un marché sans élan en pleine trêve estivale et toujours miné par la surabondance de navires disponibles, tandis que les tarifs des frets pétroliers stagnaient.

L'indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des tarifs pratiqués sur 24 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a terminé vendredi à 1.037 points, contre 1.110 points, une semaine auparavant.

Le marché a ainsi accentué le repli de la semaine précédente qui mettait fin à une série de quatre hausses hebdomadaires, tiré vers le bas par la catégorie des plus gros navires, les "Capesize" -- ceux que leur taille imposante oblige à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance.

"Les faibles volumes de la demande (de frets) échouent toujours à absorber la très longue liste de navires non utilisés qui attendent sur le marché", ont assuré les analystes du courtier maritime BRS.

Les prix pour les routes maritimes reliant l'Australie ou le Brésil (les deux principaux exportateurs de minerai de fer de la planète) à la Chine (premier pays importateur) restent ainsi pénalisés par "un niveau d'activité terne" en pleine période estivale, ont-ils ajouté.

Le Baltic Capesize Index (BCI), indice qui compile les tarifs des "Capesize" a ainsi terminé vendredi à 1.276 points, contre 1.320 points le vendredi précédent. Il a lâché 15% en l'espace de deux semaines.

De son côté, le Baltic Panamax Index (BPI) -- qui comporte sept routes, la plupart pour les céréales, empruntées par des navires adaptés aux dimensions du canal de Panama --, a fini vendredi à 1.156 points, contre 1.202 points une semaine plus tôt.

"La majorité des affréteurs adoptent une attitude attentiste", a commenté BRS, soulignant que, dans un environnement économique morose, "les fondamentaux du marché des frets s'assombrissaient et que les perspectives pour la semaine à venir étaient tout aussi moroses".

De leur côté, les frets pétroliers pâtissaient eux aussi de la surcapacité de la flotte mondiale de tankers disponible face à une demande morne de brut ou de produits pétroliers, en net ralentissement sur le bassin atlantique.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a fini vendredi à 624 points, contre 629 points le vendredi précédent. Il a glissé mercredi à 621 points, un nouveau plus bas depuis novembre 2009.

L'indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur cinq routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a quant à lui terminé la semaine à 560 points, quasi-inchangé par rapport aux 556 points du vendredi précédent.