marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Qualité des fruits d'été: "ça pêche toujours autant" selon la CLCV


PARIS, 31 août 2012 (AFP) -

La qualité des fruits d'été "pêche toujours autant", selon une étude de l'association de défense des consommateurs CLCV publiée vendredi, qui relève des prix en hausse pour les pêches et les melons en juillet.

"Nous avions l'année dernière appelé les professionnels, et en particulier les distributeurs, à se saisir du problème et à mieux séparer les fruits en fonction de leur degré de maturité", rappelle l'association dans un communiqué.

"Malheureusement dans ce domaine rien n'a été fait", déplore-t-elle, suggérant notamment des étiquetages tels que "à consommer d'ici un jour ou deux" ou encore "mûr à point d'ici cinq jours".

L'association a mené son enquête du 20 juin au 20 juillet dans une vingtaine de départements, essentiellement en grandes surfaces mais aussi sur des marchés auprès de 500 consommateurs.

Quatre fruits ont été testés (melon, abricots, pêches blanches et jaunes). La CLCV précise aussi avoir effectué une cinquantaine de relevés de prix en grande surface sur les quatre fruits.

Le verdict est "très comparable à celui des deux années précédentes", indique la CLCV, qui relève que près de 40% des consommateurs sont "toujours insatisfaits sur la qualité des pêches jaunes et des abricots", un tiers d'entre eux jugeant par ailleurs les pêches blanches "décevantes".

Quant au melon, il "tire son épingle du jeu avec un taux de satisfaction de 75%", qui est toutefois en légère diminution par rapport aux années précédentes, souligne l'association.

La CLCV a constaté une hausse du prix des pêches (2,70 euros le kilo contre 2,50 en 2011) et des melons (2,10 euros la pièce contre 1,60 en 2011 pour le melon charentais). En revanche, elle a noté une baisse du prix des abricots (3,10 euros le kilo contre 3,30 l'année dernière).

L'association, qui a cherché à savoir si les consommateurs trouvaient les fruits "meilleurs au marché qu'en grande surface" en conclut que le marché ne constitue pas "une garantie absolue de qualité" mais qu'il offre toutefois plus de choix.

Interrogés sur les seuls fruits vendus en grande distribution, une majorité (57%) de consommateurs se sont déclarés insatisfaits de leur qualité, relève encore la CLCV. 46% ont jugé leur qualité médiocre et 11% "pas bons" voire "pas bons du tout".