marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Ayrault annonce un appel d'offres pour 2 parcs éoliens en mer d'ici fin 2012


PARIS, 15 sept 2012 (AFP) -

Le gouvernement va lancer d'ici la fin décembre un nouvel appel d'offres pour la construction et l'exploitation de deux parcs d'éoliennes en mer, situés au large du Tréport (Seine-Maritime) et de Noirmoutier (Vendée), a annoncé samedi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Cette deuxième mise en concurrence fait suite à l'attribution au printemps par le précédent gouvernement de quatre premiers parcs d'éoliennes maritimes.

"C'est un investissement très important, mais c'est un grand atout pour l'industrie française", a déclaré le Premier ministre.

Le choix de ces deux zones était attendu : Le Tréport avait déjà fait l'objet d'un premier appel d'offres infructueux en début d'année et Noirmoutier était pressenti de longue date, mais n'avait pas été retenu jusqu'ici en raison notamment de l'opposition à ce projet de l'ancien président du conseil général de Vendée, Philippe de Villiers.

Ces deux sites devraient représenter une puissance totale d'environ 1.000 mégawatts, contre 2.000 mégawatts pour les 4 parcs qui ont déjà été attribués. L'ancienne majorité avait fixé l'objectif d'atteindre une capacité totale de 6.000 mégawatts dans l'éolien en mer en 2020.

Lors du premier appel d'offres national sur l'éolien offshore, lancé en juillet 2011 et dont les résultats ont été annoncés début avril, EDF allié à Alstom comme fournisseur d'éoliennes s'était taillé la part du lion en remportant trois des cinq zones mises en jeu.

Iberdrola associé à Areva avait remporté le quatrième site et le 5e (Le Tréport), où GDF Suez était seul en lice, n'avait pas été attribué. Cette nouvelle mise en concurrence sera donc l'occasion pour GDF Suez, ressorti bredouille du premier appel d'offres, de retenter sa chance.

Ces appels d'offres gouvernementaux s'inscrivent dans les objectifs français et européens de lutte contre le réchauffement climatique. D'autre part, ils visent à faire émerger une nouvelle filière industrielle nationale, qui, outre le marché français, pourrait fournir des parcs éoliens maritimes en projet dans des pays voisins, comme le Royaume-Uni.

Alstom et Areva, qui se font concurrence dans la fabrication d'éoliennes, se sont engagés suite au premier appel d'offres à construire chacun deux usines en France.

EDF

ALSTOM

IBERDROLA

AREVA

GDF SUEZ