marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Les navires de la Brittany Ferries toujours à quai


RENNES, 23 sept 2012 (AFP) -

Les navires de la compagnie maritime Brittany Ferries, immobilisés vendredi par la direction en raison de grèves à répétition des marins opposés à des baisses de salaire, étaient toujours à quai dimanche matin, a-t-on appris de sources syndicales.

Les équipages des navires ont voté la reprise du travail vendredi mais la direction a décidé de laisser à quai ses huit navires, à bord desquels sont restés les personnels navigants, a indiqué à l'AFP Cyril Toulan, élu CFDT.

La direction de la compagnie maritime basée à Roscoff (Finistère) -qui a affirmé vendredi que 8.000 passagers ont été affectés par les grèves- n'était pas immédiatement joignable dimanche.

Une table ronde devait se tenir dimanche après-midi entre la direction et les syndicats, qui proposeront un cadre de négociation "prévoyant des efforts" de toutes les catégories, pour sortir du conflit qui dure depuis dix jours, a pour sa part indiqué le délégué CGT Michel Le Cavorzin.

"Compte tenu des mouvements de grève qui se déclenchent de manière intempestive, sans préavis, et avec des possibilités de reconduction, la direction de Brittany Ferries ne peut plus assurer l'exploitation des navires et la gestion des passagers dans des conditions normales", avait indiqué vendredi la compagnie maritime, confrontée à des difficultés financières depuis plusieurs années.

Elle avait rappelé aussi que le 13 septembre le bateau l'Armorique était resté bloqué à quai en raison d'une grève --sans préavis, selon la compagnie-- avant d'être de nouveau bloqué jeudi soir à Roscoff (Finistère), tout comme le Cotentin à Cherbourg (Manche), le Cap Finistère (remorques et camions) à Santander, en Espagne, le Normandie à Ouistreham (Calvados) et le Mont-Saint-Michel à Cherbourg (Manche).

Début juin, la Brittany Ferries avait annoncé la suppression de plusieurs traversées avant et après-saison, ainsi que la réduction des coûts salariaux.

Mais les syndicats ne veulent pas renoncer à certaines primes et souhaitent que la direction adopte une clause de "retour à meilleure fortune", à savoir que les efforts consentis en termes de salaires soient limités dans le temps.

La compagnie transporte environ entre 8 et 10.000 passagers par jour, selon des sources syndicales.

La compagnie revendique 2,6 millions de passagers transportés annuellement, dont 85% de Britanniques, entre la France, la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne.