marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Revue des frets maritimes: les frets secs et pétroliers grimpent de concert


LONDRES, 22 oct 2012 (AFP) -

Les prix des transports maritimes de matières sèches et les tarifs des frets pétroliers ont grimpé de concert la semaine dernière, le marché continuant de profiter d'une demande solide des affréteurs chinois même s'il reste entravé par le nombre surabondant de navires disponibles.

L'indice phare du marché des frets, le Baltic Dry Index (BDI), moyenne des tarifs pratiqués sur 24 routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a terminé vendredi dernier à 1.010 points, son plus haut niveau depuis le 24 juillet, contre 926 points le vendredi précédent.

Il a engrangé plus de 50% depuis la mi-septembre.

Le Baltic Capesize Index (BCI), qui compile les tarifs des Capesize -- navires que leur taille imposante contraint de naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance --, a quant à lui fini vendredi à 2.217 points, un sommet depuis début janvier, contre 1.914 points une semaine auparavant, soit un bond hebdomadaire de près de 16%.

Il a quasiment doublé depuis fin août, engrangeant quelque 1.130 points en l'espace d'un mois et demi.

Selon les analystes de la revue spécialisée Lloyds List, la récente envolée des prix des Capesize, les plus gros navires, s'explique par l'augmentation des importations de minerai de fer de la Chine, premier pays consommateur de la planète, stimulées notamment par des achats à bon compte profitant d'une baisse des prix du minerai sur le marché mondial

Cette hausse des tarifs des Capesize profitait particulièrement aux affréteurs sur la route maritime entre l'Australie (premier exportateur de minerai de fer de la planète), soulignaient les experts de l'agent maritime Fearnleys, notant qu'en revanche, "la demande (de frets) restait limitée sur le bassin Atlantique".

Le Baltic Panamax Index (BPI) -- qui concerne sept routes, la plupart pour les céréales, empruntées par des navires adaptés aux dimensions du canal de Panama --, est resté relativement stable, terminant vendredi à 879 points, contre 871 points une semaine plus tôt.

Dans le Pacifique, "le nombre des navires disponibles ne cesse d'augmenter", et cette surabondance continue de peser sur le marché, notait-on chez Fearnleys.

Les tarifs des frets pétroliers ont légèrement monté la semaine dernière mais restaient eux-aussi sous la pression de la surcapacité persistante de la flotte disponible.

L'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a terminé vendredi à 676 points, au plus haut depuis début juillet, contre 667 points une semaine plus tôt.

L'indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur cinq routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.) a rebondi, finissant à 655 points, au plus haut depuis mi-mars, contre 619 points une semaine auparavant.